Apprentissage

Les vrais assistés sont les patrons

Brève
31/10/2015

De Saintignon, du PS, propose de doubler l'aide versée au patron pour chaque apprenti. Pour les patrons qui embaucheraient les apprentis, cela représenterait un total d'aide annuelle régionale de 250 millions d'euros.
Mais la suite, on la connaît : des travailleurs embauchés en apprentissage plutôt qu'en CDI et encore et toujours de l'argent public détourné pour augmenter les profits des actionnaires et des patrons.

Aisne

Hôpital - Château-Thierry : non au plan d'économies !

Brève
29/10/2015

Le directeur a annoncé qu'il fallait faire des économies.

Depuis les années 2000, tous les gouvernements se sont attachés à mettre en concurrence financière les établissements hospitaliers publics les uns entre les autres et avec les établissements privés.

Du coup, comme tous les hôpitaux, celui de Château-Thierry a emprunté et se retrouve aujourd'hui avec un lourd déficit. Pour faire des économies, c'est la mise en place d'un GHT (Groupement Hospitalier de Territoire) dont l'hôpital de Soissons, situé à 45 km, sera l'établissement central et toutes les structures hospitalières seront mises au pain sec.

À Château-Thierry la suppression de lits a commencé en chirurgie, en maternité et néonatalogie, soit près d'une cinquantaine aujourd'hui et maintenant c'est la réduction des effectifs par le non renouvellement des départs à la retraite et l'emploi de personnels précaires. Sur un effectif actuel de 810 agents, 90 à 100 agents sont des contractuels qui n'ont aucune sécurité d'emploi. Afin de rentabiliser au maximum, la chirurgie ambulatoire est présentée comme la solution et pour une prothèse de hanche, par exemple,  il est envisagé que le nombre de jours d'hospitalisation passe de 5 à 1 journée. Ensuite, ce sera la mutualisation de certains services comme la pharmacie, la cuisine, le laboratoire ou la maintenance qui se trouveront disséminés dans d'autres centres hospitaliers et auxquels il faudra s'adresser.

Certains soins risquent ne plus pouvoir être donnés à Château-Thierry et c'est d'autant plus préoccupant qu'il faudra alors aller à Soissons (45 km) ou Laon (75 km) voire Amiens (150 km).

Il n'est pas dit que la population et le personnel soignant laisse ce nouveau projet du gouvernement de faire des économies au détriment de la qualité des soins passer sans réagir.

 

 

Débat télévisé

Trois discours, mais le même fonds de commerce

Brève
29/10/2015

Les candidats du PS, de la droite et du Front National ont tenu leur premier débat télévisé. La presse a invité les « favoris » de la course électorale pour qu’ils montrent leurs différences. Alors oui, c’est vrai, ils ne parlent pas de la même façon et n’ont pas la même tête.

Mais ils sont bien d’accord tous les trois pour que le budget de la région aide les patrons. Les patrons sont donc assurés que, quel que soit l’élu, les cadeaux d’argent public continueront d’arriver dans leurs poches.

Et pour les travailleurs ? Rien … Le camp des travailleurs n’était pas représenté.

Débat télévisé

Cynisme, démagogie et hypocrisie, un débat qui réunit les trois

Brève
29/10/2015

A propos des réfugiés qui vivent à Calais dans des conditions épouvantables, Mme Le Pen est pour supprimer les subventions aux associations qui les aident. Traduction : malheur aux pauvres, il faut qu’ils souffrent encore plus… Mr Bertrand est pour faire appel à l’armée pour les surveiller. Traduction : il faut doubler Le Pen sur sa droite en ayant l’air encore plus méchant qu’elle… Et Mr De Saintignon, lui, est pour renvoyer ceux qui fuient la misère « avec humanité ». Traduction : il faut que j’aie l’air généreux et de gauche, mais bon sang, qu’ils aillent mourir de misère ailleurs !

Écœurant…