Chômage partiel - Selon que vous serez puissant ou misérable

Brève
29/06/2020

Pour les auxiliaires de vie payées au moyen du chèque service par des particuliers employeurs (CESU), une belle annonce avait été faite par le gouvernement, pour dire qu’elles avaient droit au chômage partiel.

Les employeurs devaient faire 2 déclarations : des heures effectuées et des heures qui n’ont pas pu l’être à cause du confinement.

Les employeurs qui l’ont fait, devaient régler les deux... mais leur remboursement leur a été refusé sur la partie des heures non effectuées « car il n’y avait pas assez d’heures déclarées par l’employeur » ce qui est forcément très souvent le cas.

Et même quand, sur le conseil des gestionnaires du CESU à Saint-Étienne des réclamations étaient faites, ces employeurs essuyaient un second refus ! Que de pénibles démarches pour rien !

Ainsi des auxiliaires de vie CESU ont perdus leur paye complète pour le mois d’avril.

Les grosses entreprises ont touché le chômage partiel rubis sur l’ongle pour leurs salaries alors qu’elles auraient pu les payer sans problème sur les milliards de profits accumulés.

Mais les auxiliaires de vie CESU, ces salaries en « première ligne » qui ont dû retourner travailler la plupart du temps en devant se débrouiller pour avoir des masques, sans gel hydro alcoolique fourni, n’ont même pas pu bénéficier du maintien de leur salaire !

Le gouvernement, par ses annonces, se faisait de la publicité mensongère.

De Gaulle, un autre « Colbert » de l’histoire du colonialisme français

Brève
16/06/2020

Un buste du général De Gaulle a été vandalisé dans le nord sur la commune d’Hautmont. Il a été tagué et portait l’inscription d’esclavagiste.

Cet acte a été qualifié par les notables locaux de scandaleux d’autant qu’il a lieu à quelques jours de la commémoration de l’appel à résister lancé par le Général de Gaulle le 18 juin 1940. Cette période de l’histoire française est mythifiée. L’objectif de De Gaulle était de permettre à l’État français d’avoir son mot à dire dans les négociations de fin de conflit alors que l’armée française avait été défaite en 1940 par les troupes allemandes et que le Pétain avait assumé la collaboration avec l’État français.

De Gaulle a été un homme dévoué au service de la bourgeoisie. Et comme tous les hommes politiques de sa classe il a du sang sur les mains. Le massacre des révoltes de Sétif en Algérie en 1945 est à porter à son actif. Ce tague a au moins le mérite d’écorner l’image de De Gaulle comme un grand homme reconnu par la classe politique française et incritiquable.

Conduent - Roubaix

les capitalistes licencieurs doivent payer

Brève
08/06/2020

Mercredi 10 juin, la direction de Conduent doit recevoir les syndicats du centre d’appel téléphonique Conduent de Roubaix pour présenter le plan de licenciements qui toucherait l’ensemble du centre. La presse a relayé le montant dérisoire des indemnités pour les salariés licenciés.

­Cela fait plusieurs mois que la direction de Conduent veut se débarrasser des travailleurs sur Roubaix. Le centre comptait encore 450 salariés, il y a plus d’un an. Le plan était déjà dans les têtes de la direction, bien avant la crise sanitaire. La direction a exercé des pressions pour pousser à des départs « volontaires », réduisant à 304 salariés aujourd’hui le nombre d’embauchés.

­L’argument pour licencier de la part de Conduent est que le donneur d’ordres PSA (Peugeot-Citroën), qui était le seul pour qui travaillaient les employés de Roubaix, a décidé de mettre fin au contrat. Derrière les actionnaires de Conduent se cache la famille Peugeot.

­Des politiciens, qui jouent les naïfs, à savoir le maire et la députée de Roubaix, adoubés tous les deux par Macron, s’offusquent qu’un groupe international comme Conduent ( 68 000 salariés dans le monde, propriété de la 25ème fortune mondiale) ait touché le chômage partiel pendant la crise sanitaire. Mais c’est bien le gouvernement de Macron et de ses amis qui permet aux capitalistes de toucher des milliards d’argent public avec le chômage partiel et ensuite laisse les actionnaires jeter les travailleurs à la rue.

­Les travailleurs de Conduent ne peuvent compter que sur leur propre force et leur capacité à entraîner d’autres travailleurs pour défendre leur peau face à tous ces capitalistes, que ce soit les actionnaires de Peugeot-Citroën comme ceux de Conduent. Partout, les travailleurs sont attaqués, c’est tous ensemble et unis qu’ils peuvent les faire reculer.

Picwictoys : aux Mulliez de payer car personne ne doit se retrouver à la rue

Brève
07/06/2020

La direction de Picwictoys a annoncé la suppression d’un tiers des emplois du groupe, soit 447 postes. Sur les 63 magasins, 23 devraient fermer leurs portes ainsi qu’un des deux entrepôts. La direction justifie « les mouvements sociaux de l’année dernière ainsi que la crise sanitaire du Covid ».

De mauvais prétextes pour licencier, comme tous les capitalistes le font en cette période de crise de leur système, quand toute une partie de la population a été licenciée ou n’a plus de travail, et se retrouve avec un salaire réduit ou sans salaire. Perdre son emploi aujourd’hui, c’est ne plus avoir de salaire demain !

Les travailleurs de Picwictoys, auparavant Picwic, ont enrichi la famille multimilliardaire Mulliez, à la fortune estimée à plusieurs dizaines de milliards d’euros. Elle a largement de quoi maintenir les emplois et les salaires de tous, en partageant le travail qui reste.

Redressement judiciaire de Camaïeu : les actionnaires sont les seuls responsables de leur « dette »

Brève
27/05/2020

Camaïeu a été placée en redressement judiciaire ce 26 mai. Les 5000 salariés que compte l’entreprise sont directement menacés. Ils sont répartis sur les centaines de magasins en France et dans le monde mais aussi dans les bureaux et les entrepôts de Roubaix avec plus de 500 salariés.

Ce redressement judiciaire serait la conséquence du refus des banques de prêter de l’argent à la direction de Camaïeu. Elle explique que la fermeture des magasins à cause du Covid aurait creusé la dette de l’entreprise.

Mais c’est un prétexte. La dette de l’entreprise a été fabriquée depuis des années par les actionnaires, qui ont littéralement pompé le profit, créé par les travailleurs.

Malgré tous les montages financiers entre banques et fonds de placements, ces actionnaires ont pignon sur rue et pas seulement dans les paradis fiscaux de Guernesey ou du Luxembourg : c’est entre autres le fond de placements Cinven, avec ses bureaux à Paris. En revenant sur le passé, d’autres requins ont vidé les caisses : ce sont les capitalistes Mulliez qui ont récupéré une partie des magasins, renommés depuis Okaïdi et Jules.

Alors, avec tous ces capitalistes qui se sont enrichis sur le dos des travailleurs de Camaïeu depuis des années, il n’y a pas de raison que les travailleurs de Camaïeu se retrouvent à la rue, car perdre son emploi aujourd’hui en temps de crise est criminel.