CHU de Lille (Nord)

Le scandale des masques

Brève
25/03/2020

Au CHU de Lille, comme ailleurs, les soignants sont confrontés à une pénurie de masques de protection pour soigner les malades. Il y a la peur d’aller au boulot, mais surtout la colère de travailler dans des conditions dangereuses. Face à ce manque de matériel, la direction du CHU et une entreprise de fabrication de sous-vêtement de la région ont lancé cette semaine la fabrication d’un masque en tissu.

Ces masques ne remplaceront pas ceux en papier, seuls préconisés dans les situations à risque. Ils seront destinés au personnel qui n’est pas en contact direct avec les patients. Mais il faut les tester dans les laboratoires de la pharmacie centrale où le personnel croule déjà sous le travail. Il faut aussi les laver, et ça bien sûr, c’est au personnel de le faire chez soi, le soir, en rentrant.

Et puis il va falloir aussi les coudre. Et pour ça, des appels aux « bonnes volontés » ont été lancés dans la région. Selon la presse locale, 10 000 couturières bénévoles se sont mobilisées dans la région. Dans l’entreprise, ce sont les employées et le personnel de l’atelier qui ont été appelés pour venir travailleur gratuitement pour faire les coupes de ces masques.

Le patron de cette entreprise et le directeur du CHU de Lille se disent très émus de cette « économie solidaire ». La larme à l’œil, le directeur du CHU ne tarit pas d’éloges sur ce bénévolat. Mais depuis des années, ce directeur mène la politique des gouvernements. Les budgets hôpitaux sont siphonnés pour aller en subventions et en cadeaux aux capitalistes. Depuis des années, le personnel y est réduit, des économies de bouts de chandelle sont faites sur le matériel, des services et des lits sont fermés. Tout ça pour que l’argent parte dans la poche des grands patrons. Quant au patron de l’entreprise de sous-vêtements, ses beaux discours sur la solidarité ne l’empêcheront de vendre au CHU ces masques fabriqués… par les bénévoles.

Cela fait deux mois que le gouvernement sait que cette pandémie arrive. Il nous promet des masques qui n’arrivent pas. Encore la semaine dernière, il nous disait que des masques arrivaient, on les attend toujours.

Gouvernements irresponsables, directions des hôpitaux qui font le sale boulot, capitalistes gavés d’argent public, ils mènent toute la société à la catastrophe.

Les dernières brèves