Tourcoing (Nord)

Darmanin, maire de Tourcoing mais surtout serviteur des riches

Brève
26/03/2020

Darmanin vient d'être réélu maire de Tourcoing. Lui, qui pendant la campagne municipale promettait de « créer des emplois à Tourcoing, d'aider les plus démunis, de faire de Tourcoing une ville solidaire », a bien vite remballé ses promesses électorales. Il a repris son vrai visage : celui d'un serviteur des riches.

Il reste ministre du budget et souhaite que les salariés prennent leurs congés pendant la période de confinement. Il affirme que : « tout le monde doit faire des efforts, c'est une pierre à l'édifice que chacun doit apporter ». C'est sûr que lui, fait énormément d'efforts... pour servir les capitalistes. L'année dernière, il a versé 140 milliards d'aides aux grandes entreprises en tant que ministre du budget.

Alors, pas question de revenir sur les congés payés. Le grand patronat a largement de quoi les maintenir.

Wattrelos (Nord)

Et un « couvre-feu » contre les patrons irresponsables ?

Brève
26/03/2020

Mardi 24 mars 2020, le maire de Wattrelos pro-Macron, a pris, en tant qu’autorité de police, un arrêté de couvre-feu dans la ville alors que la population respecte très majoritairement le confinement.

Pourquoi le maire n’a-t-il pas usé de son autorité de police pour exiger des grands patrons de respecter la sécurité des travailleurs face à l’épidémie ?

A la Redoute, par exemple, le patron avait continué la production sans prendre de mesure suffisante contre l’épidémie. Il a fallu que des salariés fassent grève pour que quelques aménagements soient mis en place.

Et ces manquements à la sécurité sanitaire se retrouvent dans de nombreuses entreprises de la ville.

Comme tous les politiciens bourgeois, pro-Macron ou pro-Le Pen, le maire décide du couvre-feu pour la population et s’aplatit devant les intérêts des grands patrons. En bon petit soldat du gouvernement, il participe à la campagne d’enfumage : accuser et fliquer toujours les milieux populaires pendant que les capitalistes et les gouvernements à leur service sont responsables des défaillances criminelles dans cette crise sanitaire.

CHU de Lille (Nord)

Le scandale des masques

Brève
25/03/2020

Au CHU de Lille, comme ailleurs, les soignants sont confrontés à une pénurie de masques de protection pour soigner les malades. Il y a la peur d’aller au boulot, mais surtout la colère de travailler dans des conditions dangereuses. Face à ce manque de matériel, la direction du CHU et une entreprise de fabrication de sous-vêtement de la région ont lancé cette semaine la fabrication d’un masque en tissu.

Ces masques ne remplaceront pas ceux en papier, seuls préconisés dans les situations à risque. Ils seront destinés au personnel qui n’est pas en contact direct avec les patients. Mais il faut les tester dans les laboratoires de la pharmacie centrale où le personnel croule déjà sous le travail. Il faut aussi les laver, et ça bien sûr, c’est au personnel de le faire chez soi, le soir, en rentrant.

Et puis il va falloir aussi les coudre. Et pour ça, des appels aux « bonnes volontés » ont été lancés dans la région. Selon la presse locale, 10 000 couturières bénévoles se sont mobilisées dans la région. Dans l’entreprise, ce sont les employées et le personnel de l’atelier qui ont été appelés pour venir travailleur gratuitement pour faire les coupes de ces masques.

Le patron de cette entreprise et le directeur du CHU de Lille se disent très émus de cette « économie solidaire ». La larme à l’œil, le directeur du CHU ne tarit pas d’éloges sur ce bénévolat. Mais depuis des années, ce directeur mène la politique des gouvernements. Les budgets hôpitaux sont siphonnés pour aller en subventions et en cadeaux aux capitalistes. Depuis des années, le personnel y est réduit, des économies de bouts de chandelle sont faites sur le matériel, des services et des lits sont fermés. Tout ça pour que l’argent parte dans la poche des grands patrons. Quant au patron de l’entreprise de sous-vêtements, ses beaux discours sur la solidarité ne l’empêcheront de vendre au CHU ces masques fabriqués… par les bénévoles.

Cela fait deux mois que le gouvernement sait que cette pandémie arrive. Il nous promet des masques qui n’arrivent pas. Encore la semaine dernière, il nous disait que des masques arrivaient, on les attend toujours.

Gouvernements irresponsables, directions des hôpitaux qui font le sale boulot, capitalistes gavés d’argent public, ils mènent toute la société à la catastrophe.

Les grandes manœuvres militaires américaines… bousculées par le Covid-19

Brève
21/03/2020

Les plus grandes manœuvres militaires américaines depuis 25 ans ont commencé, de la Belgique à la Pologne en passant par l’Allemagne.

Plus de 20 000 soldats américains et leurs matériels ont été acheminé des USA vers les ports Belges et sont en train d’être convoyés par train et routes jusqu’à la frontière ouest de la Pologne, face à la Russie.

Comme l’écrit le Figaro du 9/12/2019 : « ce déploiement exceptionnel reflète le bouleversement stratégique provoqué par l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014 ». L'objectif serait de « démontrer la capacité de l'armée américaine à déployer rapidement une force importante pour soutenir l'Otan et à répondre à n'importe quelle crise » selon un communiqué de l’État-Major américain. Pour dire plus simplement, les armées US et européennes se préparent à la guerre contre la Russie.

Ces troupes supplémentaires doivent rejoindre les 9 000 soldats US déjà basés en Europe et seront accompagnés dans leurs exercices de milliers de militaires d’une dizaine de pays européens…

Finalement le Covid-19 s’est introduit dans le dispositif… et a même contaminé de hauts gradés, notamment italien et danois ! L’opération ne serait pas annulée mais réduite !
Au-delà de l’énorme gaspillage financier des armées et de ses manœuvres, petites ou grandes, c’est le danger de guerre que le capitalisme fait planer sur l’Europe. Déjà tout le Moyen-Orient, l’Irak, la Libye, la Syrie et bien des régions africaines, sont dévastés par les guerres pour l’appropriation du pétrole, des diamants, des terres rares, du bois, etc…

Un minuscule virus va peut-être bousculer les plans des militaires, mais c’est l’épidémie de la révolution ouvrière qui anéantira le capitalisme et ses guerres.

Amazon Lauwin-Planque

« Le business avant tout ! »

Brève
18/03/2020

Avec la crise sanitaire due au Coronavirus, il est recommandé de rester chez soi pour ne pas multiplier les contaminations... mais pas chez Amazon Lauwin-Planque, où le directeur du site a dit devant une assemblée de managers « Le business avant tout ! ». Ce qui a été compris par de nombreux travailleurs comme « y compris avant la santé des salariés ».

Vendredi 13 mars, après la première annonce de Macron, les briefing de début de poste ont été suspendus. Cela a été perçu comme un refus de répondre aux questions légitimes et comme une volonté de minimiser la gravité de la situation. Et la hiérarchie donne comme seule consigne de rejoindre immédiatement les postes de travail.

Dimanche 15, la direction a averti les organisations syndicales par mail que le site ne serait pas fermé, soi-disant pour que les personnes fragiles puissent recevoir les produit dont elles pourraient avoir besoin. Elle a annoncé que des mesures de sécurité allaient être prises, que du gel hydroalcoolique serait fourni aux salariés et que le RH serait présent lundi matin pour répondre aux questions.

Lundi 16 mars, pas de gel hydroalcoolique à la prise de poste... Lors du briefing, les travailleurs ont demandé des comptes aux managers, qui n’ont pas su leur répondre. Le soir, la direction donnait la consigne d’interdire d’écouter le discours de Macron et de travailler pour ne pas impacter la production. Ensemble, des travailleurs ont débrayé pour écouter l'allocution. Certains débrayaient pour la première fois.

Dès le lendemain, des travailleurs ont fait valoir leur droit de retrait. La direction a répondu qu’il n’y avait pas de danger sur le lieu de travail… alors même que cadres et direction sont en télétravail ! Des travailleurs ont été intimidés pour rester et les absents ont été pointés en absence injustifiée.

Révolté à juste titre par la situation, certains d’entre eux ont prévenu des journalistes. Ils se sont présentés sur le site… la direction les a fait expulser par le service de sécurité !

La direction prétend avoir l’autorisation du ministère de l’économie pour maintenir son activité. Avec les nombreux commerces fermés, Amazon espère bien soigner son bénéfice à la faveur de la crise sanitaire.

La santé des travailleurs et de leurs proches n'a pas à faire les frais de la rapacité et de l'irresponsabilité des capitalistes.

 

Des problèmes semblables entraînent des débrayages à Montélimar.

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/coronavirus-debrayage-des-salaries-d-amazon-a-montelimar-qui-veulent-la-fermeture-de-l-entreprise-1584458461