Boulogne-sur-mer

Brexit, concurrence, nationalisme, épuisement des ressources : à bas le capitalisme !

Brève
25/05/2021

Depuis plusieurs semaines, des patrons pêcheurs de Boulogne mènent des actions pour empêcher les bateaux hollandais de décharger leur poisson à quai.

Le Brexit a pour effet de réduire les zones de pêches des bateaux européens et le nombre de licences pour pêcher en zone britannique. Dans cette concurrence exacerbée, les fileyeurs et chalutiers hollandais sembleraient rafler un peu plus la mise.

Voilà la concurrence capitaliste : la guerre commerciale s’aggrave, les plus petits patrons sont mangés par les plus gros et les réserves de poissons s’épuisent pour tout le monde.

L’État français, comme l’Union européenne n’ont aucune solution à apporter : l’un et l’autre défendent les capitalistes et, dans le secteur de la mer, surtout les gros actionnaires de l’industrie de transformation du poisson.

L’avenir est dans la planification d’une économie, organisée non pas pour le profit mais pour les besoins de tous. C’est la seule façon de respecter les réserves de poisson, comme le travail de chacun, quelque soit sa nationalité. Les travailleurs au pouvoir, partout dans le monde, auraient cette capacité.

Assistantes familiales

Un système qui maltraite enfants et familles d'accueil

Brève
21/05/2021

Des assistantes familiales ont manifesté notamment à Dunkerque, Aulnoyes-Aymeries, Lille et Valenciennes. Leur métier consiste à accueillir des enfants placés par les services sociaux ou judiciaires. Leur employeur est le Département.

Elles dénoncent des salaires insuffisants, selon un témoignage dans la presse locale : “on travaille 24h/24 et 7 jours sur sept, mais pour un salaire qui n’atteint que 70 % du SMIC”.

De plus, les indemnités sont insuffisantes pour assurer les dépenses pour les enfants, comme les loisirs et les dépenses scolaires. Bien souvent, les familles d'accueil les financent sur leur fond propre.

Les familles d'accueil devraient pouvoir vivre de leur travail, et les enfants accueillis ne pas être sacrifiés.

Le Département verse de l'argent aux capitalistes, comme le font tous les échelons de l'Etat. Pour que l'argent aille aux enfants et aux familles et non plus aux profiteurs du système, il faudra l'imposer.

Douai - Amazon, ID Logistics

Non au secret des affaires !

Brève
21/05/2021

ID Logistics annonce la création de 500 emplois à Brebières, près de Douai. Cette multinationale de la logistique va gérer des entrepôts nouvellement construits pour Amazon. Les hangars occupent l'ancien site de Stora-Enso qui avait licencié 600 personnes en 2014. La ville a vendu du terrain pour la construction. Pôle Emploi va organiser des sessions d'entretiens d’embauche.

Un article de La Voix du Nord évoque l’opacité des délibérations entre l'entreprise et les différents représentants de l’Etat. En effet, une clause de confidentialité interdit aux élus de parler de ce qu’ils y ont vu ou entendu. Alors, combien de millions de subventions, d'aides et de cadeaux seront donnés à des actionnaires déjà gavés ?

Les capitalistes veulent gérer leurs affaires en toute tranquillité, à l'ombre de l'Etat qui les protège. Les travailleurs ne pourront imposer la levée du secret des affaires que par leurs mobilisations.

Hôpital de Cambrai

Le compte-goutte des mesures du Ségur ne passe pas

Brève
19/05/2021

Après avoir parlé des soignants en première ligne, puis leur avoir proposé des médailles, le gouvernement concrétise son baratin par des mesures dérisoires adoptées suite au Ségur de la santé. Il propose une augmentation de salaire bien en dessous de ce que réclamaient les salariés de l'hôpital.

Pire, en n’augmentant qu’une partie du personnel hospitalier, il espère semer la discorde entre les travailleurs. Entre différentes catégories ou entre les embauchés ou précaires, la politique du gouvernement c’est : diviser pour mieux régner.

Ça n’a pas entamé la combativité des soignants du laboratoire de l'hôpital de Cambrai. Mardi 18, ils ont fait grève pour protester contre les miettes jetées par le gouvernement et pour réclamer l’embauche de leurs collègues précaires.

À force d'accumuler les petites gouttes de mépris, le gouvernement va finir par déclencher le fleuve de la colère.

Toyota

Record de bénéfices et d'exploitation

Brève
18/05/2021

Le groupe Toyota vient de publier les bénéfices pour l’année fiscale du 1er avril 2020 au 31 mars 2021.

Malgré la baisse des ventes de voitures, ce sont encore des bénéfices record : 18,1 milliards d’euros sur un an, tirés de l’exploitation du travail des 370 000 salariés de Toyota dans le monde, dont les travailleurs de l'usine d'Onnaing, dans le Nord.

Ces milliards, issus du travail de l'ensemble de ces salariés, devraient servir à augmenter les salaires, embaucher, améliorer les conditions de travail. Mais ils sont accaparés par une poignée d’actionnaires parasites, propriétaires du groupe automobile.

A bas la propriété privée des moyens de production, qui légalise le vol des richesses produites par les travailleurs !