Suicide d'une directrice d'école

Une juste colère des salariés de l'Éducation

Brève
05/10/2019

À Lille, comme dans d’autres villes, de nombreux salariés d'écoles primaires et maternelles ont fait grève ce jeudi 3 octobre. Des manifestations ont eu lieu, devant l’hôtel académique ou dans le centre-ville de Lille.

La tristesse s’y exprimait mais aussi la colère, suite au suicide sur son lieu de travail de Christine Renon, directrice d’une école maternelle de Pantin. Les grévistes ont voulu montrer leur indignation et protester contre les conditions de travail de plus en plus difficiles dans les écoles, les collèges et les lycées.

Face à ces difficultés, il n’y a pas d’autres solutions que d’embaucher largement : des secrétaires, des assistants, des agents, des enseignants. Pour financer, il faudra prendre sur les profits des parasites capitalistes, car ce sont eux qui pompent l’argent de la collectivité, aidés par tous les gouvernements qui claironnent que tout va bien…

Droit à l’avortement

Lille, rassemblement samedi 28 septembre

Brève
28/09/2019

A l’initiative du Planning Familial, une centaine de personnes se sont rassemblées pour la défense du droit à l’avortement à Lille, sur la place du Vieux Marché au Chevaux.

Partout dans le monde, le droit à l’avortement est attaqué. En France, si le droit à l’IVG existe dans le texte, dans la réalité celui-ci est entravé. Les différents gouvernements qui se sont succédé ont mené des politiques de santé visant à fermer les petits hôpitaux de proximité, des services entiers dans les centres hospitaliers. Cette politique de réduction des moyens pour l’hôpital public a eu également pour conséquence la fermeture de centres dans lesquelles l’IVG était pratiquée.

De plus, avec la montée des idées réactionnaires, de plus en plus de médecins font valoir la clause de conscience, faisant ainsi obstacle à une droit reconnu par la loi.

Enfin, les démarches administratives sont véritablement trop longues par rapport aux délais de l’IVG, si bien que plusieurs milliers de femmes ont été contraintes d’avorter à l’étranger, pour celles qui en ont les moyens.

Les raisons ne manquent pas de continuer à se mobiliser pour que l’avortement ne soit pas un droit « creux », inscrit dans la loi mais de moins en moins dans la réalité.

Maternité de Tourcoing

Arrêt des accouchements faute de médecins !

Brève
26/09/2019

Depuis mercredi 25/9, les femmes ne peuvent plus accoucher à Tourcoing, car il n’y a plus de médecin en bonne santé à la maternité. Comme le disent les obstétriciens de la métropole à la Voix du Nord, « c’est une grosse catastrophe qui était annoncée depuis un moment ». Car la situation est catastrophique dans la plupart des maternités de la Région, et malheureusement aussi dans tout le pays.

C’est à Tourcoing le résultat direct, visible, choquant, de la politique des gouvernements successifs, quelle que soit leur couleur politique, celui de Macron- Buzin n’ayant fait qu’accentuer, avec beaucoup de zèle, les restrictions de crédits pour les Hôpitaux publics ; pour mieux engraisser les grands groupes capitalistes.

Imposer que les Maternités, les Urgences, les Hôpitaux plus généralement, puissent fonctionner normalement ne pourra se faire que si la population s’en mêle aux côtés des personnels soignants mobilisés.

Postiers

en colère

Brève
25/09/2019

Des sacoches toujours plus lourdes à cause des colis, des tournées plus longues, des postes supprimés à tire-larigot, une pause de quarante-cinq minutes imposée et non payée à la place de celle de vingt minutes aujourd'hui... De quoi voir rouge.

Les postiers manifestent depuis le début de la semaine à Valenciennes, Maubeuge, Roubaix.... Cadeau supplémentaire de la direction : une réorganisation des services qui ne présage rien de bon. Tout cela ne passera pas comme une lettre à la poste.

Usine d’Arc – Pas de Calais

Une production « made in rance »

Brève
24/09/2019

Le groupe Arc produit et commercialise de la vaisselle dans le monde entier. Il possède un site de production en France sur la commune d’Arques mais également aux États-Unis, en Turquie, aux Émirats arabes unis, en Chine.

Pour refourguer ses vieux modèles de verre, l’équipe de direction a décidé de surfer sur un nouveau gadget à la mode : la prétendue valeur ajoutée du «made in France », tout le charme de l’élégance à la française.

Venant d’un groupe dont la production est organisée à l’échelle mondiale, cela flirte avec le ridicule.

Quant aux travailleurs du site français, le « made in France » se décline avec des trous dans les plafonds et les fuites dans les ateliers quand il pleut ; les nids de poule sur les routes ; les machines et les circuits électriques d’un autre âge ; les poussières qui volent faute d’extracteurs ; les toilettes hors-service… Bref, tout le charme d’une usine capitaliste !