Nathalie Arthaud

Tweet à propos de la manifestation du 1er mai à Paris

Brève
02/05/2021

BlackBloc ou pas, l'agression de la CGT en fin de cortège est odieuse. Preuve que derrière la pseudo radicalité, il peut se cacher une violente hostilité au monde ouvrier et à ses militants !

Solidarité avec les militants blessés de la CGT.

Xavier Bertrand

Toute honte bue

Brève
02/05/2021

Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France et candidat de la droite aux régionales, est venu à Fourmies le 1er mai.

Mettre la main sur la commémoration des 130 ans de la fusillade des travailleurs de Fourmies fait partie de sa cuisine politicienne, lui le candidat putatif aux élections présidentielles et héritier politique des fusilleurs de Fourmies. Plusieurs fois ministre, dont celui de la Santé, dans des gouvernements qui ont supprimé des lits d’hôpitaux, aujourd’hui, il justifie la délocalisation du bloc opératoire de l’hôpital public local vers une clinique privée.

Toute honte bue, son soi-disant bain de foule était surtout parmi les siens, le préfet et autres politiciens, de nombreux policiers les protégeant.

Nord - Pas-de-Calais

Un 1er mai réussi !

Brève
02/05/2021

En cette journée internationale de lutte des travailleurs, de nombreux rassemblements et manifestations se sont déroulées.

Plus de 2 000 à Lille, Arras 300, Aulnoye-Aymeries 175, Boulogne 300, Calais 150, Cambrai 150, Douai 250, Dunkerque 500, Fourmies 150, Maubeuge 150, Tourcoing 200, Valenciennes 300, ... soit près de 5 000 manifestants. L’Internationale, le chant des travailleurs du monde entier, y a été entonné.

Patronat et gouvernement profitent de la crise sanitaire pour aggraver les attaques contre l’ensemble du monde du travail : qu’il soit en activité, au chômage ou à la retraite. Mais en ce 1er mai, des femmes et des hommes ont montré leur opposition à cette politique et défendu l’espoir d’un monde meilleur.

Ce sont les travailleurs qui font tout tourner dans la société, à eux, de diriger toute la société !

Officier méritant du patronat

Patrons, curés et officiers, unis contre les ouvriers : une vieille tradition

Brève
30/04/2021

À Lille, une rue et une caserne militaire portent le nom du général Négrier.

François de Négrier, et la particule a son importance chez ces gens-là, a participé aux exactions lors de la conquête de l’Algérie après 1831 : dévastations de villages, enfumades, têtes d'enfants exhibées sur pointes de sabres...

La carrière de ce barbare galonné fut stoppée net, par une balle perdue tirée par un de ses soldats, lors de la répression de juin 1848 à Paris, où des milliers d’ouvrières et ouvriers furent exécutés.

Négrier fut élevé au rang de martyr par tous les tenants de l’ordre social. Son cœur fut mis aux Invalides à Paris et le reste enterré à Lille.

La Gazette, journal lillois catholique, proche des industriels du textile, le décrivait ainsi : « Vainqueur des barbares d’Afrique, il vous restait à combattre et à vaincre, au cœur même de la patrie, des barbares d’une bien pire espèce. », c’est-à-dire les ouvriers révoltés contre leur exploitation.

Généraux d’hier ou d’aujourd’hui, ils sont biberonnés de cette tradition : sabre et goupillon, unis pour la défense du capitalisme.

Amazon Douai

Mobilisation des travailleurs

Brève
30/04/2021

À l’entrepôt Amazon de Lauwin-Planque, près de Douai, comme ailleurs en France, les syndicats ont appelé à une journée de mobilisation mercredi 28 avril.

Cette année, l’entreprise ne propose que 2% d’augmentation de salaire. Comme disent des salariés : cette augmentation « c’est juste les pièces tombées sur le parking ».

En pleine crise, Amazon fait des profits records et vient d’annoncer que ses bénéfices ont triplé. En une seule journée, son patron Jeff Bezos, a augmenté sa fortune de 13 milliards de dollars. Pour toucher autant, un salarié d’Amazon devrait travailler presque 600 000 ans ! Et encore… sans rien dépenser !

Devant l’entrepôt de Lauwin-Planque, plusieurs dizaines de salariés se sont retrouvés. Leur colère était renforcée par l’accident mortel qui a touché deux jeunes à la sortie du travail.

Ceux qui se mobilisent sur la sécurité et les salaires ont bien raison.