Rouen et Le Havre (Seine-Maritime)

Transports en commun : gratuité ou profit capitaliste ?

Brève
20/07/2022

Le lundi 18 et le mardi 19 juillet, les transports en commun des agglomérations de Rouen et du Havre étaient gratuits. Cette décision a été prise par les autorités publiques des deux métropoles en réponse à la canicule et surtout au pic de pollution à l’ozone qui l’accompagnait. Il s’agissait en effet de limiter les émissions produites par la circulation automobile en incitant la population à prendre les transports collectifs.

Cependant cette gratuité devrait être permanente. La pollution atmosphérique est constante dans les grandes villes et engendre des problèmes de santé graves. La gratuité des transports en commun pourrait contribuer à diminuer ce fléau tout en supprimant une dépense coûteuse pour les travailleurs.

Oui, mais le problème est qu’à Rouen comme au Havre, les compagnies de transport appartiennent à Transdev, possédée pour deux tiers par la Caisse des Dépôts et pour un tiers par le groupe Rethmann. La famille Rethmann fait partie des grandes familles bourgeoises allemandes, avec une fortune estimée à plus de 6 milliards d’euros. Et comme pour tout capitaliste, quelle que soit sa nationalité, les entreprises sont faites pour rapporter du profit, un point c’est tout. Autant dire que pour que les transports en commun fonctionnent exclusivement pour l’intérêt collectif, il faudra que ce soit les travailleurs qui prennent en main ce secteur en expropriant les actionnaires parasites.

Rouen (Seine-Maritime)

Piscines : On ferme !

Brève
15/07/2022

La municipalité de Rouen a décidé de ne maintenir ouverte qu’une des trois piscines de la ville en juillet et août. Elle prétexte les difficultés de recrutement de maîtres-nageurs face à
l’attractivité des stations balnéaires ensoleillées.
Manifestement le retard pris dans l’apprentissage de la natation par les enfants à cause de deux années de « crise covid » n’empêche pas les édiles rouennais de dormir… Ni le besoin
de lieux où se rafraîchir en cette période de fortes chaleurs.
Ouvrir les piscines en mettant des moyens attractifs pour recruter avec un bon salaire le personnel nécessaire, et organiser les leçons de natation gratuites qui n’ont pu être proposées
dans le cadre scolaire, c’est vraiment trop demander ?

Le Havre (Seine-Maritime)

Mouvement de colère à la bibliothèque universitaire

Brève
13/07/2022

Le 16 juin dernier, 34 salariés de la bibliothèque de l’université du Havre avaient interrompu le ronron du Conseil d’Administration (CA). Ils dénoncent une mise en œuvre brutale de la loi Macron-Philippe de 2019 sur les 1607 heures, qui les oblige à travailler 25 minutes de plus par jour et leur impose une pause méridienne. Ils s’opposaient aussi à une baisse de leur rémunération de 70 euros net par samedi travaillé. Ils se sont réunis en assemblée générale et ont fait circuler un tract contre la dégradation du service.
Un nouveau CA s’est tenu le 7 juillet. S’il n’est pas revenu sur l’obligation d’une pause méridienne, il a rétabli les 70 euros, par un dispositif qui pourra servir à d’autres personnels concernés par les samedis travaillés.
Les bibliothécaires ont donc préservé leur rémunération, et ils ont marqué le coup. Pour une suite éventuelle, rendez-vous à la rentrée !

Rouen (Seine-Maritime)

Lubrizol : nouvelle avancée en sécurité industrielle ou simple effet d’annonce ?

Brève
26/06/2022

L'incendie de Lubrizol en septembre 2019

Cela fait trois ans que l’usine Lubrizol de Rouen a brûlé, polluant la ville et ses environs, avec des milliers de tonnes de produits toxiques. Les autorités avaient été mises en cause : les sirènes d’alarme n’avaient sonné que cinq heures après le début de l’incendie.

Maintenant, c’est promis, les autorités seront plus vigilantes. Elles ont mis au point un système moderne d’alerte, appelé FR-Alert, qui alertera directement toutes les personnes proches d’un accident sur leur portable.

Mais les risques de nouvelles catastrophes sont-ils diminués pour autant ? Sur ce point la maire de Petit-Quevilly se contente de parler de quelques dispositifs, comme par exemple la quantité d’eau disponible sur le site, et encore « pas sur tous les sites parce que les choses prennent du temps ». Quant à la prévention, associée à un contrôle renforcé des entreprises par les autorités, pas un mot. Y aurait-il des économies à faire de ce côté-là ?

Région Normandie

Les musiciens de la Région en grève

Brève
17/06/2022

Mardi 14 juin, les musiciens de l’Opéra de Rouen et ceux de l’Orchestre régional de Normandie étaient en grève. Ils se sont retrouvés et ont manifesté en musique devant le Théâtre des Arts de Rouen. L’opéra « La flûte enchantée » s’est fait ensuite en « mode dégradé » c’est-à-dire uniquement accompagné d’un piano.

Les musiciens dénoncent la fusion, envisagée par la Région pour la saison 2023-2024, des orchestres de Caen et de Rouen. Comme conséquences néfastes, il y aurait une dégradation de leurs conditions de vie et de travail et surtout des suppressions de postes d’intermittents.

Bien qu’Hervé Morin et d’autres élus du Conseil régional disent le contraire, il s’agit bien sûr de faire des économies. Les musiciens ont donc mille fois raison de ne pas se laisser embobiner par des politiciens qui sont moins pingres pour distribuer des millions aux grosses entreprises capitalistes.