Le Havre (Seine-Maritime)

Des convocations au tribunal révoltantes

Brève
02/04/2019

Le dimanche 6 janvier, un rassemblement de Gilets jaunes se tenait à proximité du rond-point de Saint-Romain-de-Colbosc près du Havre. Les forces de l’ordre se livrèrent alors à des contrôles d’identités de personnes se trouvant à proximité.

Trois mois plus tard, le mardi 2 avril, 17 d’entre elles étaient convoquées devant le Tribunal correctionnel du Havre citées à comparaitre pour occupation illégale du domaine public. Et cela alors même que le rond-point en question n’était pas l’objet d’un blocage mais faisait office de lieu de rencontre et d’échange entre les participants. Malgré tout le procureur à requis 300 € d’amende dont 200 avec sursis, ce qui n’est pas rien pour des gens modestes. Le jugement sera rendu le 7 mai.

Ces convocations au tribunal qui se multiplient dans tout le pays n’ont d’autre but que de tenter d’intimider les participants au mouvement des Gilets jaunes, dont le gouvernement se désespère de venir à bout. Si des condamnations sont prononcées, sûr que l’indignation l’emportera sur l’intimidation !

Darnétal (Seine-Maritime)

Castorama : Démolition sociale

Brève
21/03/2019

Le géant du bricolage Kingfisher vient d’annoncer sa décision de fermer 9 magasins Castorama sur les 101 qu’il possède en France ainsi que 2 de ses 123 Brico Dépôt. Sont concernés 789 salariés.

Parmi eux, les 27 salariés du magasin de Darnétal sont condamnés à l’horizon de mai 2020. Ce n’est pas parce que ce magasin ne gagne pas d’argent qu’on le ferme. C’est parce qu’il n’en gagne pas suffisamment aux yeux des fonds spéculatifs actionnaires du groupe.

Pour faire passer ce sale coup Kingfisher annonce un plan de départ volontaire et assure qu’un reclassement équivalent serait proposé à tous les employés. Mais ceux-ci déjà échaudés par les 409 suppressions de postes en France de juin 2018, ont toutes les raisons d’être méfiants et de ne pas croire la direction sur parole

 

Saint-Étienne du Rouvray (Seine-Maritime)

À bas la répression !

Brève
20/03/2019

Les Gilets Jaunes qui occupaient depuis des mois le rond point des Vaches à Saint-Étienne du Rouvray et dont tout le monde se sent solidaire, sont sous le coup de la répression.

Ils ont été délogés et ont été brutalisés de nombreuses fois par la police qui a ravagé leurs installa- tions. Ils ont eu droit aussi à des provocateurs la nuit qui les ont agressés, un certain nombre ont été embarqués par la police et poursuivis par la justice, d'autres ont reçu des PV pour avoir garé leurs véhicules et cela y compris dans le parking voisin. Et maintenant la préfète de la Région a interdit tout rassemblement à 300 mètres à la ronde.

Nous devons être solidaires de ces travailleurs qui se révoltent. Et honte à tous ces gens-là, qui utilisent la répression tout en organisant des réunions blabla-bidon. Eux ce sont des vraies peaux de vaches.

Fécamp (Seine-Maritime)

Non à l’expulsion d’Alpha !

Brève
01/03/2019

Alpha, un jeune migrant guinéen de 17 ans vient de se voir signifier mardi 26 février une Obligation de quitter le territoire français (OQTF) et a été placé au Centre de rétention administrative de Oissel en attente d’expulsion.

Cet apprenti horticulteur scolarisé au CFA de Fauville-en-Caux et employé par une société de Saint-Léonard près de Fécamp ne veut pas retourner dans son pays où ses parents sont décédés et où l’oncle qui l’a élevé le martyrisait.

Si l’administration se déchaine ainsi contre lui, c’est parce que le faux passeport qu’un passeur lui avait procuré pour traverser le Maroc lui attribuait l’âge de 34 ans. N’étant pas au vu de ce document un mineur isolé il ne bénéficie d’aucune protection, et la Préfecture s’estime en droit de l’expulser. Qu’importe s’il a pu fournir un acte de naissance et un bulletin de scolarité qu’une parente a pu lui faire parvenir et qui établit sans contestation possible son âge véritable. Le plus myope et obtus des préfets ne pourrait d’ailleurs soutenir qu’il a 34 ans, au vu de son aspect physique qui est celui d’un adolescent.

Dans sa frénésie démagogique destinée à flatter dans le sens du poil les préjugés réactionnaires, le gouvernement et son administration préfectorale ne font pas dans la demi-mesure.

Fort heureusement, une chaine de solidarité s’est constituée autour d’Alpha pour faire reculer l’administration et empêcher son expulsion.

Rassemblement samedi 2mars à 14h30 devant le CRA de Oissel.

Dieppe (Seine-Maritime)

Morts pour les profits de Saipol et du groupe Avril

Brève
22/02/2019

Voici un an, l’usine Saipol, à Dieppe explosait tuant deux travailleurs. Ceux-ci, employés d’une entreprise sous-traitante effectuaient une opération de maintenance. L’usine Saipol produisait des huiles à partir de graines de colza, et dans une étape de la production de l’hexane, très inflammable est utilisé. C’est cet hexane qui s’est enflammé, déclenchant l’explosion meurtrière.

Un an après l’enquête est toujours en cours pour comprendre l’enchaînement des faits qui ont conduit à ce drame. Mais selon des éléments révélés par la CGT, c’est bel et bien la violation par Saipol des règles élémentaires de sécurité qui a envoyé ces travailleurs dans un extracteur débloquer un tapis roulant coincé par plusieurs tonnes de graines saturées d’hexane.

Les résultats de l’expertise demandée par le parquet du tribunal de Dieppe doivent être rendus en mars. Mais une chose est sûre, Saipol et le groupe Avril dont il dépend (huiles Lesieur, Puget, œufs Matines…) ne pourront pas s’exonérer de la responsabilité d’avoir envoyé deux hommes à la mort pour qu’une panne ne ralentisse pas la production d’huile !