Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime)

Centre hospitalier du Rouvray : non aux sanctions contre les militants !

Brève
27/06/2020

Mercredi 24 juin, une centaine de personnes se sont rassemblées devant la direction de l’hôpital psychiatrique du Rouvray pour protester contre les menaces de sanctions qui pèsent sur deux agents. Ceux-ci risquent une exclusion temporaire de trois mois à deux ans sans solde.

Leur crime ? Avoir publié, sur Facebook, une note interne datant de fin mars dernier. En pleine épidémie, alors que les autorités étaient incapables de distribuer aux soignants suffisamment de masques pour se protéger et protéger les patients, la direction de l’hôpital n’avait rien trouvé de mieux que de recommander aux agents de laver et de faire sécher leurs masques chirurgicaux, prévus pour n’être utilisés que quatre heures. Elle s’asseyait donc sur les préconisations sanitaires. Scandalisés, des agents avaient publié cette note sur les réseaux sociaux, ce qui avait déclenché une pluie de commentaires indignés.

C’est pour ce motif que les deux militants sont poursuivis. En fait, il s’agit, de la part d’une direction revancharde d’exercer des représailles. En 2018, les agents du Rouvray avaient mené une lutte de plusieurs mois contre les conditions lamentables d’accueil des patients, faute de moyens suffisants en personnels. Ce combat avait eu un retentissement national et avait imposé un recul à la direction et à l’ARS.

Après avoir failli dans la crise sanitaire, les autorités veulent réprimer toute contestation des agents face au manque criant de moyens pour la santé. Cela juge aussi de la politique d’un Etat qui fait des économies dans les services vitaux pour la population alors qu’il distribue des dizaines de milliards d’euros à des groupes capitalistes richissimes.

Les dernières brèves