Rouen (Seine-Maritime)

Les AESH : sous-payées mais sur-exploitées !

Brève
16/05/2019

            Répondant à un appel national, des Accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) se sont rassemblés mercredi 15 mai devant le Rectorat. Ils dénoncent les conditions qui leur sont faites au sein de l’Éducation nationale.

            Ce personnel, le plus souvent féminin, indispensable à la scolarisation de nombreux élèves, refuse de se voir maintenu dans une situation des plus précaires sans aucune garantie d’emploi. De plus la plupart subissent un temps partiel imposé qui ne peut leur assurer un salaire permettant de vivre décemment.

            La secrétaire d’État chargée des handicapés a bien annoncé des promesses pour la rentrée de septembre. Il serait question de leur assurer un Contrat à durée déterminée (CDD) de trois ans, renouvelable une fois et pouvant déboucher sur un CDI. Au bout de six ans ! Quand aux mesures salariales envisagées, elles découleraient d’une augmentation de la quotité de temps de travail qui passerait par la prise en charge de plusieurs élèves, pas forcément dans le même établissement, ni même dans la même commune ! Ce que le ministère appelle pompeusement les « Pôles inclusifs d’accompagnement localisés » permettaient au Rectorat de déplacer les AESH comme bon lui semble.

            Toutes ces mesures prévues dans la loi Blanquer ne sont vraiment pas de nature à rassurer les AESH ni à calmer leur colère…