Municipales au Havre : Lutte Ouvrière en campagne contre la réforme des retraites :  Contre « la violente attaque du gouvernement sur les retraites »

Article de presse
13/02/2020

Seconde campagne pour Magali Cauchois. Comme en 2014, l’enseignante d’histoire-géographie sera la tête de liste de Lutte Ouvrière (LO) pour les élections municipales (15-22 mars 2020). 

A 50 ans, cette militante de la première heure à Lutte Ouvrière – dont c’était la première candidature au Havre six ans plus tôt – ne fait « pas campagne pour (sa) carrière » mais plutôt pour « faire entendre un courant politique ». Et aussi prolonger la contestation contre « la violente attaque du gouvernement sur les retraites » "Nous pensons que les élections, cela fait partie des moments, des lieux, où on peut défendre des idées, (…) faire entendre le camp des travailleurs, entendre les problèmes de la classe ouvrière, liés à la dégradation générale des conditions de vie, des conditions de travail…"

Une liste de 61 noms « à l’image de la classe ouvrière » et « de toutes les origines » a été constituée. Pour quel programme local ?

"Je ne suis pas sûre qu’il y ait des choses très particulières au Havre par rapport aux autre grandes villes de France."

Le problème du chômage, des retraites, ne se réduira pas au niveau local 

« Ça ne veut pas dire que ça n’est pas concret. Mais ça veut dire qu’en réalité, le problème du chômage, des retraites, ne se règlera pas au niveau local », complète la candidate. "On a tout un tas d’idées (pour le Havre). L’enjeu actuel n’est pas de savoir si on met un troisième tube au tunnel Jenner ou pas. Les enjeux d’aujourd’hui pour la classe ouvrière sont de savoir si on a du boulot, un salaire, une retraite, des APL… "

Et de tancer les listes d’union partielle à gauche : « Le candidat (Jean-Paul) Lecoq s’adresse aux Havrais et aux Havraises. Il prétend qu’il y a des solutions pour tout le monde. Moi je pense qu’il y a des solutions pour les riches et des solutions pour les pauvres, et ce ne sont est pas les mêmes. Et puis il fait partie de ces gens qui ne veulent surtout pas discuter d’enjeux généraux, on nous refait l’union de la gauche, le PC, le PS… D’ailleurs, (Alexis) Deck , ils [Ndlr, les membres d’Europe-Ecologie], sont pareils : ce sont des gens qui, quand ils sont au gouvernement, disent qu’ils ne peuvent rien faire et là, à l’échelle locale, ils vont changer la vie ». 

Magali Cauchois avait recueilli 724 voix en mars 2014 (1,41% des suffrages). Pense-t-elle faire davantage en 2020 ? « Franchement, je ne sais pas ».

Une réunion publique se tiendra le mercredi 4 mars 2020 à l’espace Franklin. Lutte Ouvrière, qui compte aux alentours de 8 000 adhérents en France, y présentera ses axes de campagne à partir de 19 heures