A Alain Juppé, la bourgeoisie reconnaissante

Brève
15/02/2019

 

En annonçant qu’il allait quitter la mairie de Bordeaux pour le Conseil Constitutionnel, Juppé avait des sanglots dans la voix. Pour lui qui avait, quand même, été condamné par la justice pour les malversations de la mairie de Paris, qu’il soit nommé à la plus haute institution disant la loi, c’est un beau cadeau de départ à la retraite.

Mais les bons serviteurs font partie de la famille,  la bourgeoisie a toutes les indulgences. Macron vient de lui donner sa médaille pour service rendu. 

Le départ de Juppé est déploré par le tout Bordeaux, paraît-il. On y a déjà pleuré beaucoup… pour cause de gaz lacrymogènes ces dernières semaines. Les prolétaires en « gilets jaunes »  condamnés pour avoir battu le pavé devant le Palais Rohan, la mairie de Bordeaux, n’auront certainement pas droit à la même indulgence que Juppé.