Magna (Blanquefort)

Après Ford, nouvelle offensive patronale chez Magna

Brève
28/04/2021

Trois délégués syndicaux, un FO, deux CGT, ont été convoqués par la direction de l’usine Magna, ex-Getrag, à Blanquefort pour un entretien pouvant donner à licenciement. Pour l’un d’entre eux, le licenciement vient d’être prononcé, les entretiens disciplinaires pour les deux autres délégués venant en suivant.

Officiellement la direction de Magna reproche son « comportement » au délégué qu’elle a licencié. Pour s’en prendre aux deux autres, il est probable qu’elle ne s’embarrassera pas de motif plus sérieux.

Sur le fond, Ford, l’unique client de Magna, qui a déjà fermé l'usine voisine de FAI, se débarrasse de ce type de production et laisse à Magna le soin de fermer cette dernière usine. Après avoir pris la précaution de  constituer à cadences renforcées un stock de boîtes de vitesse ces derniers mois, Magna vient donc de lancer les hostilités. En attaquant ces trois délégués,  il est clair qu’il s’agit de tenter d’intimider l’ensemble des 900 travailleurs de l’usine pour parvenir à ses objectifs à moindre frais.

Un premier rassemblement de protestation a été organisé ce mardi 27 avril. Il y a été dit fort justement que « celui qui bouge est licencié, mais celui qui ne bougera pas, le sera aussi ». Les travailleurs n’ont pas le choix. Partout, les capitalistes préfèrent limiter la production en fermant des usines pour préserver leurs profits. Face à la guerre de classe qu’on lui livre, la mobilisation du monde du travail est le seul moyen efficace pour sauver  son droit à l’existence.   

Les dernières brèves