Evacuation du Squat Lajaunie (Bordeaux)

Avec la peau des plus pauvres

Brève
05/10/2020

Vendredi 2 octobre, en pleine tempête, la police a évacué au petit matin les centaines de personnes qui occupaient le squat de la rue Lajaunie à Bordeaux. Trente minutes pour partir, des caravanes détruites et seulement une trentaine de relogements, un désastre pour les associations qui estiment le nombre d’adultes et d’enfants mis à la rue entre 300 et 400.

Une partie des personnes évacuées disposant d'une caravane en état de rouler s’est d’abord retrouvée sous un ancien hangar industriel pollué. Dimanche, la municipalité de Bordeaux leur a trouvé une autre solution bien précaire, un hangar sans eau ni électricité.

La préfecture argumente des conditions sanitaires du squat pour justifier son intervention. Mais depuis plusieurs mois, elle intervient systématiquement contre les squats sans jamais proposer de réelles solutions. A Bordeaux, il existe pourtant des dizaines de milliers de logements vides. Mais il n’est pas question d’intervenir contre les propriétaires qui spéculent sur le prix de ces logements.

A cette évacuation indigne, la préfecture a cyniquement ajouté la menace d’expulsion du territoire en convoquant 48 personnes pour examiner leurs conditions de séjour et de revenus. Impitoyable avec les pauvres et les étrangers, à plat ventre devant les riches, voilà le message que veut faire passer, sur consigne gouvernementale, la préfecture.

Les dernières brèves