Angoulême (Charente)

Débrayage chez Schneider Electric pour les salaires.

Brève
20/01/2019

Une quarantaine de salariés ont débrayé et bloqué les portes des deux usines Télémécanique à Angoulême et I’Isle-d’Espagnac alors que s’engagent les négociations annuelles obligatoires (NAO). Les patrons proposent des miettes : 0,8 % d’augmentation générale et 0,9 % à titre individuel. Et ils ne sont pas gênés de dire que les salariés qui gagnent moins de 2 500 euros brut ont déjà perçu la prime Macron !

Les syndicalistes eux demandent 3 % d’augmentation générale et 1,5 % pour l’enveloppe individuelle.

L’entreprise se porte à merveille, a fait des bénéfices qui dépassent le milliard d’euros et a largement servi les actionnaires.

Oui, de l’argent, il y en a dans les caisses du grand patronat pour de vraies augmentations des salaires, pour leur indexation sur la hausse du coût de la vie et pour créer des emplois.