Lycée Elie Faure, (Lormont – Gironde)

Des enseignants mobilisés contre les conséquences de la réforme du Lycée

Brève
05/02/2019

Fin janvier, les personnels du Lycée Élie Faure de Lormont ont appris que la dotation horaire (l’enveloppe des moyens alloués annuellement à l'établissement pour organiser l'ensemble des cours) devrait baisser de plus de 200 heures par rapport à celle de l'année dernière !

Dans le contexte de la réforme Blanquer du Lycée, réalisée avec l'objectif d'économiser des moyens, les enseignants s’attendaient à une baisse mais pas dans ces proportions. 200 heures, c'est 10 ou 11 postes d'enseignants en moins. Du jamais vu à Élie Faure, ce qui annonce une vraie dégradation des conditions d’accueil et d’enseignement pour les lycéens et des mutations pour les enseignants.

La direction a tenté de rassurer les enseignants en argumentant qu'il s'agirait surtout de mutations volontaires et de départs en retraite non remplacés. Mais bon nombre d’enseignants ont choisi ce lycée. Il y aura donc forcément des mutations forcées. Et les collègues contractuels pourraient perdre purement et simplement leur emploi.

Les enseignants ont tenu plusieurs AG, certaines avec leurs collègues du lycée voisin les Iris. Ils ont participé à la grève du 5 février et manifesté devant le Rectorat de Bordeaux. Le recteur est jusque-là aux abonnés absents mais le fait de se montrer mobilisés et en AG quasi quotidiennes a d’ores et déjà incité la hiérarchie directe, surprise par la réactivité et la colère des enseignants, à tenter d'obtenir quelques moyens supplémentaires auprès du Rectorat.