Métropole bordelaise

Détresse des jeunes les plus fragiles : une conséquence de la crise sanitaire

Brève
15/04/2021

Les cas de consultations de jeunes pour de graves problèmes psychiatriques pouvant aller jusqu’à la tentative de suicide sont dans le pays en augmentation de 70 % par rapport à une période normale. Les psychiatres des hôpitaux spécialisés de Bordeaux s’en alarment et soulignent que sur l’agglomération, les lits d’hospitalisation pour les cas les plus graves, au nombre de cinquante, sont bien insuffisants pour accueillir tous les jeunes, souvent des adolescents dès l’âge de 11 ans, dont beaucoup de jeunes filles, qui le nécessiteraient et qui sont issus des milieux populaires.

En cause, selon ces spécialistes : la rupture, un par un, de tous les liens sociaux qui soutiennent la personnalité d’un adolescent, ou d’une adolescente, et, avec les confinements, les relations au sein des familles qui parfois s’aggravent.

La succession de confinements, de restrictions à la vie sociale, de couvre-feux qui ont pallié l’incapacité des autorités et du système capitaliste à faire face à la pandémie fait des ravages. Elle n’a pas seulement eu des effets sur le nombre de morts par le Covid, qui avoisine aujourd’hui les 100 000. Elle a également de graves conséquences sur la santé mentale de nombreux jeunes qui ne voient pas la fin de la situation actuelle.

Les dernières brèves