Bordeaux

Halte aux violences policières

Brève
25/03/2019

Le 23 mars, à Bordeaux, durant l’acte 19 des Gilets Jaunes, la répression policière a été extrêmement violente. Alors que jusque-là, la manifestation s’était déroulée dans le calme, vers 18h, une charge de la police a repoussé les manifestants du Cours Pasteur vers la place de la Victoire. Des deux-roues motorisés genre voltigeurs renforçaient l’arsenal devenu classique des flash-balls, grenades lacrymogènes, grenades de désencerclement et autres matraques.

Alors que les manifestants fuyaient vers la Place de la Victoire, des policiers positionnés dans les rues adjacentes les ont pris en tenaille. Des enfants ont été gazés, des personnes âgées mises à terre,  la violence s’exerçant également sur des gens qui n’étaient même pas venu manifester. Dans une rue donnant sur la place de la Victoire, des policiers en deux-roues ont délibérément écrasé un manifestant. Ensuite, à 20, ils l’ont véritablement lynché, matraque à la main.

À coups de matraque, l'État, dans son rôle bien établi de gardien de l'ordre au profit des possédants, cherche à décourager les manifestants de revenir. Mais les manifestants défendent leur droit à vivre dignement. Ils reviendront tant qu'on n'en aura pas fini avec cette société d'exploitation, de misère et d'injustice.