Limoges

La matraque et le mépris !

Brève
23/04/2020

Le quartier du Val de l'Aurence

Au cours d'une interpellation dans le quartier de Beaubreuil mardi soir 21 avril, filmée par des habitants depuis leurs fenêtres, on voit un policier en civil frapper à coups de pied un homme maintenu à terre tandis qu'un autre lance une grenade de désencerclement pour dissuader d'autres habitants de s'approcher. L'IGPN a été saisi...

Cette intervention musclée de la police dans un quartier pauvre où le confinement dans les immeubles est d'autant difficile à supporter que beaucoup ont perdu leurs petits boulots précaires, a provoqué le lendemain une flambée de violence, avec l' incendie de l'antenne de la mairie. Ces incidents se sont étendus à la Cité de La Bastide, autre quartier pauvre de Limoges.

La réponse du préfet : une demie compagnie de CRS à la rescousse . Sur sa page facebook, le maire s'indigne contre la violence de certains habitants du quartier, insinuant que c'est le fait de dealers etc...

Cette situation n'a rien d'original : le confinement transforme ces cités en cocotes minute explosives.
Pour les jeunes, c'est le désoeuvrement aggravé par la fermeture des écoles. Quant à leurs parents, beaucoup font partie de ces « héros du quotidien » qui doivent continuer à prendre les transports et à travailler malgré le confinement, dans les supermarchés, pour s'occuper des personnes, faire les ménages ou ramasser les ordures, le tout pour un salaire de misère.

La matraque et le mépris, les seules réponses du pouvoir, ne feront pas baisser la température.

Les dernières brèves