Arco-LVMH (Châtellerault, Vienne)

Le patron pris la main dans le sac… de profits

Brève
10/04/2020

Le groupe de luxe LVMH, qui possède la marque Louis Vuitton, communique à tout va pour annoncer le lancement de la fabrication de milliers de masques non chirurgicaux dans certaines de ses usines. Dans le magazine Vogue du 9 avril, Michael Burke, président-directeur général, déclarait : « En tant que grande maison française, Louis Vuitton souhaite s’engager à son niveau pour produire plusieurs milliers de masques qui seront distribués gratuitement dans la région pour protéger ceux qui sont les plus exposés ».

À Châtellerault, la direction de l’usine Arco, sous-traitant de LVMH, spécialisée dans la fabrication de sacs à main Vuitton valant, au bas mot, plusieurs centaines (voire milliers) d’euros l’unité, a pris la décision, pour le lundi 6 avril, de remettre en route la production… de sacs de luxe, en prévoyant une augmentation progressive de l’activité dans les jours à venir.

« Protéger ceux qui sont les plus exposés », c’est bon pour la com. Dans la réalité des ateliers, le patron, au mépris des mesures qui nécessiteraient le confinement des travailleurs, du fait de la crise sanitaire, remet en route la machine à profits.

Feindre la « générosité » en fabriquant des masques chirurgicaux pour cacher leur volonté de faire reprendre une production inutile dans la période de pandémie actuelle, au mépris de la santé des ouvriers, correspond bien aux « valeurs morales » des capitalistes, et du premier d’entre eux, Bernard Arnault, propriétaire de LVMH et première fortune de France.

Les dernières brèves