Limoges

Les AESH devant le rectorat pour dénoncer leur salaire de misère

Brève
07/02/2019

Ce mercredi 6 février, une journée de mobilisation syndicale a été l’occasion de dénoncer la situation des AESH (accompagnant les élèves en situation de handicap à l’école), de dire la réalité de leur quotidien, bien loin des paroles idylliques du ministre Blanquer sur le sujet.

Les moyens manquent, des élèves peuvent attendre des mois avant que leur soit attribué un aidant.

Et les conditions de travail des AESH sont scandaleuses. Le temps partiel est systématiquement imposé (de 50 % pour la plupart des contrats). Payés aux SMIC, cela veut dire que beaucoup ont un emploi du temps de 20h, souvent réparti sur 5 jours, avec des trous… pour un salaire de 600 €. Alors certains cumulent un autre emploi, le soir ou le mercredi après-midi.

Souvent dans l’ombre dans les écoles, collèges et lycées, ce mercredi, les AESH étaient fiers de venir affirmer qu’ils étaient non seulement utiles mais indispensables et qu’il était urgent de leur donner les moyens de vivre décemment de leur métier.