Pêche (Charente-Maritime)

Les salaires des marins pêcheurs plongent

Brève
29/03/2021

Le gazole maritime, qui constitue la première dépense des bateaux de pêche, a augmenté de 50 % depuis l’automne 2020. Les armateurs du secteur, à La Cotinière (île d’Oléron) ou à Chef-de-Baie (La Rochelle) comme partout, répercutent la baisse de leurs revenus sur les salaires des marins, dont la plupart sont payés, en totalité ou en partie, à la « part pêche », c’est-à-dire en proportion des bénéfices, qui peuvent tomber à zéro si la pêche ne couvre pas les frais.

De plus le salaire minimum, qui était rarement respecté, est depuis 2002 calculé non à l’heure mais à l’année, sur une base annuelle de 225 jours de mer, des journées qui ne durent pas 8 mais 24 heures.

Des augmentations du gazole du même ordre en 2018 avaient conduit de nombreux marins pêcheurs, qui risquent leur vie pour un salaire aléatoire et un travail épuisant, à participer au mouvement des gilets jaunes. C’est en se mobilisant encore qu’ils pourront se faire entendre. Mais pour assurer des revenus et des conditions de travail dignes aux marins, c’est toute l’organisation capitaliste qu’il faudra remettre en cause.

Les dernières brèves