Charente

Macron à Angoulême, les bulles et les ronds…

Brève
30/01/2020

Jeudi 30 janvier, Macron a passé la journée dans la ville où se tient le festival de la bande dessinée, quadrillée par les forces de gendarmerie lourdement équipées.
Le plat de résistance de la journée était néanmoins, en compagnie de Bruno Lemaire, l’inauguration à Nersac d’un site industriel où va se construire une nouvelle usine Saft, dévolue à Total, fabriquant des batteries de haute technologie, baptisée « l’airbus des batteries ». C’est que cette usine est financée par des fonds de différents États européens et des subventions de la région Aquitaine, entre autres collectivités. Mais c’est Total – dont le PDG était présent – ou encore PSA qui vont en bénéficier. Comme si ces firmes capitalistes ne pouvaient financer leurs investissements !
Plus de trois milliards d’euros vont être déversés par sept pays européens, dont 700 millions d’euros par la France. Comme si tout cet argent ne serait pas plus utilement consacré à des investissements dans le secteur public, comme les hôpitaux, les écoles, ou le logement !
Le reste de la journée, Macron a fait le show devant des auditoires très choisis, mais sans effacer la révolte qui gronde parmi les artistes de la BD réduits à vivre dans la misère (à Angoulême, les trois quarts d’entre eux sont au RSA) tandis que les éditeurs profitent de leur travail. Les auteurs de BD manifestent ce vendredi 31 janvier en centre-ville.
Les bulles passent, le vent de ses discours aussi, les milliards aux capitalistes restent.

Les dernières brèves