Gironde

Macron et Ford : le cynisme partagé

Brève
02/03/2019

(c) Sud Ouest

En déplacement à Bordeaux le 1er mars, Macron a dénoncé le « véritable cynisme » de la multinationale qui a décidé de licencier 850 travailleurs et qui a refusé, deux fois, une offre de reprise partielle du site par une entreprise spécialisée dans la casse industrielle, Punch.

Macron plaide en fait sa cause. « Les élus et les services de l’État se sont battus » dit-il. Mais ils ne sont battus que pour soutenir cette offre de reprise partielle de l’usine, dont il était de notoriété publique qu’elle n’avait aucune chance d’aboutir, Ford ne voulant pas s’engager à lui sous-traiter une partie de la production alors qu’il se réorganise à l’échelle mondiale. Ainsi l’offre de Punch a-t-elle surtout servi à dédouaner le gouvernement tout en semant l'illusion que l'Etat allait faire quelque chose pour les travailleurs…

Qu’ils soient de Ford comme de n’importe quelle entreprise, les travailleurs ne peuvent pas compter sur l’État pour défendre leur peau. Ils ne peuvent compter que sur le rapport de forces qu’ils sauront imposer, aux capitalistes comme au gouvernement.