Manifestation contre la fermeture de Ford

Message de Nathalie Arthaud

Brève
22/09/2018

" Je transmets mon salut et ma solidarité  aux travailleuses et aux travailleurs de Ford qui se battent contre la fermeture de leur usine.

Aucun travailleur de la région de Bordeaux n’a à subir les conséquences des décisions de ces grands groupes rapaces.  Aucun ne doit se retrouver avec un revenu amputé, au chômage ou avec des préretraites de misère. C’est à Ford de garantir l’avenir de tous, des embauchés comme des sous-traitants et des fournisseurs de l’usine. Car oui, ce n’est pas seulement de l’avenir des 900 ouvriers de Ford qu’il s’agit, mais aussi de celui de milliers de travailleurs de la région. Ford a des milliards pour garantir un avenir à tous. Mais il ne le fera que contraint et forcé, que si les travailleurs de Ford, unis à ceux de la région, l’imposent.

Les politiciens locaux comme le gouvernement sont à plat ventre devant les patrons. Aucun ne défend les travailleurs. Au contraire, ils sont là pour servir la soupe des riches, pour les subventionner encore et encore en lanternant les travailleurs. Entre le précédent départ de Ford il y a près de 10 ans et la fermeture programmée aujourd’hui, les pouvoirs publics ont d’abord joué la comédie d’un repreneur, un fabricant d’éolienne, qui n’a pas fait que brasser du vent mais s’est servi dans la caisse avant de faire ses valises. Et après les pouvoirs publics ont allongé 50 millions d’euros de subventions pour que Ford daigne revenir, après avoir supprimé plus de la moitié des emplois.

Aujourd’hui, comme hier, comme toujours, les travailleurs ne peuvent compter pour sauver leur peau que sur leurs mobilisations collectives, sur la grève qui leur donne les moyens d’aller chercher le soutien des travailleuses et des travailleurs de la région. Pour faire reculer nos adversaires, le patron et les pouvoirs publics, pour être en mesure d’entraîner d’autres travailleurs, pour faire la grève, il faudra bien s’unir, chacun avec ses revendications, mais tous ensemble. Les travailleuses et les travailleurs de Ford ne sont pas seuls. Nous sommes tous menacés par l’avidité et la rapacité de la classe capitaliste. C’est pourquoi le combat de ceux de Ford contre leur patron doit être le combat de tous les travailleurs. Ford ne doit pas s’en tirer comme cela.

Bon courage à tous camarades, et que cette lutte se développe ! "