Education nationale (Melle)

Pas touche à nos camarades !

Brève
13/10/2020

Environ un millier de manifestants se sont rassemblés lundi 12 octobre devant le Rectorat de Poitiers, venus soutenir 4 collègues enseignants qui passent en Conseil de discipline, « les 4 du lycée de Melle ». L'administration s'acharne contre eux depuis le mois de mars. Il leur est reproché leur participation active et militante dans les mobilisations contre la réforme Blanquer. La hiérarchie ne leur pardonne pas d'avoir été aux côtés des élèves lors des épreuves contestées et perturbées du nouveau bac.

L'enquête, menée de manière opaque, conclut sans éléments réels à une instrumentalisation des élèves et même à une irréaliste « incitation à l'émeute » ! Après huit mois de suspension et d'isolement social par l'interdiction de fréquenter leurs collègues, les 4 de Melle sont donc, à nouveau, convoqués, cette fois devant la Commission disciplinaire. Son avis ne sera que consultatif, c'est, en dernier ressort, la Rectrice de l'Académie qui décidera de la sanction. Ils risquent la mutation d'office et des sanctions plus lourdes ne sont pas à exclure. Cet acharnement est choquant et usant pour les collègues.

Mais ils ont pu mesurer lundi le soutien qu'ils avaient. De nombreuses délégations s'étaient rendues de bien des endroits à Poitiers, par solidarité et pour protester contre l'évolution répressive de l'administration qui semble bien décidée à faire un exemple. Des délégations venues de nombreux endroits, comme les 14 enseignants du lycée Elie faure de Lormont en Gironde. Nombreux sont les enseignants qui se sentent concernés car beaucoup estiment qu'ils auraient pu se trouver à la place des 4 de Melle, ayant eux-mêmes été aux côtés de leurs élèves lorsqu'ils avaient décidé de manifester contre les nouvelles épreuves du bac Blanquer.

L'une des 4, convoquée à 14 h devant la Commission du Rectorat de Poitiers, n'en est ressortie avec les commissaires paritaires et l'avocat qu'à près de 22 h. Le même sort attend les trois autres les jours suivants. Le verdict devrait être connu cette fin de semaine.

        

        

Les dernières brèves