Angoulême (Charente)

Sans autrices et auteurs, pas de BD

Brève
02/02/2020

À l’occasion du Festival international de la bande dessinée (FIBD) d’Angoulême, les autrices et auteurs de BD se sont manifestés collectivement pour rendre publique leur situation. Selon divers rapports et enquêtes, les trois quarts des auteurs travaillant sur Angoulême sont au RSA, 53 % des auteurs professionnels gagnaient moins que le smic et 36 % étaient sous le seuil de pauvreté. Ces derniers chiffres datent de 2014 mais ça ne s’est pas amélioré depuis.

Ils étaient notamment environ 400 à « poser les crayons » et à se rassembler devant la statue d’Hergé le vendredi à 17 h pour affirmer que « sans autrices et auteurs, pas de BD ». Ils portaient aussi la revendication du retrait de la réforme des retraites.

Comme toutes les industries, celle de la bande dessinée est basée sur l’exploitation de milliers de travailleuses et de travailleurs et fait la fortune d’un petit nombre de grands éditeurs. Et comme tous les travailleurs, ceux de la BD ne peuvent compter que sur les luttes collectives pour changer leur sort.

Les dernières brèves