Fonderie du Poitou Fonte, Ingrandes-sur-Vienne (Vienne)

Un député chahuté et dépité !

Brève
06/07/2020

C’est de pied ferme que les grévistes de la fonderie du Poitou fonte attendaient le député macroniste de la Vienne, Turquois, à leur rassemblement devant l’usine. En colère, les fondeurs à Ingrandes redoutent une fermeture de leur site, un peu plus d'un an après sa reprise par le groupe Liberty du milliardaire anglo-indien Gupta, et des mois d’activité au ralenti. Le directeur du site est même intervenu pour tenter d’apaiser le climat et proposer des pseudo-solutions qui visent à étaler une éventuelle production sur quelques mois supplémentaires pour janvier et février 2021.

Pendant une heure et demie, le député a tenté de se faire entendre : « Tu parles tout le temps, nous on travaille ! » « Vous nous avez emmenés avec un groupe de merde, vous êtes responsable de cette politique de merde. » « On veut savoir si on va fermer ! ». Interpellé, il a même répondu a un ouvrier : « Je n'ai pas quitté en douce la réunion du comité de suivi à la préfecture parce que j'avais piscine ! J’avais un bail à signer pour l’appart de ma fille, j’ai une famille, je ne suis pas que député ». Mais les travailleurs ont aussi des familles et le lui ont fait savoir, il a dû ravaler sa morgue et rester bouche bée et bras ballants devant la colère des fondeurs !

Il a enfin tenté de prôner, sans convaincre, qu’il fallait un « dialogue apaisé », et que « Le diesel c’est terminé, la seule solution passe par une reconversion totale ou partielle du site ». « Pour réussir, l'actionnaire Liberty doit mettre clairement les moyens à la hauteur des enjeux et cela n'a pas été suffisamment fait jusque-là ».

Peine perdue pour ce baratineur perçu par les grévistes comme le VRP local des intérêts patronaux et sûrement pas comme leur sauveur !

Les dernières brèves