Sud Ouest Gironde :  Ils défendent les intérêts des travailleurs

Article de presse
21/05/2019

LUTTE OUVRIÈRE

Les Girondins Fanny Quandalle et Guillaume Perchet figurent sur la liste conduite par Nathalie Arthaud

Leur Europe ? Ils la voient « sans frontières et sans drapeaux ». « Notre programme se décline dans toutes les langues. Le grand patronat fait jouer la concurrence entre les travailleurs des différents pays », assure Jean-Pierre Mercier numéro 2 sur la liste Lutte Ouvrière pour les élections européennes.

Présent à Bordeaux samedi, le militant défend un programme « contre le grand capital ». Lutte Ouvrière réclame une hausse massive des salaires et des pensions de retraite, veut interdire les licenciements et exige plus de contrôle ouvrier sur les grandes entreprises. « Nous sommes là pour défendre les intérêts des travailleurs », explique-t-il.

Le terme travailleur, pour Lutte Ouvrière, désigne toute personne qui n’a que son salaire ou sa pension pour vivre.

« Ces millionnaires qui ont étalé leurs millions pour aider à la reconstruction de Notre-Dame-de- Paris, cela nous a écœurés », dit Fanny Quandalle. La postière bordelaise, 46 ans, est 23e sur la liste. Elle et Guillaume Perchet, autre figure locale Lutte Ouvrière engagé sur cette même liste, se disent solidaires des gilets jaunes. « Ils confortent nos convictions, avancent-ils. Quand on est nombreux, on pèse. Notre différence ? Nous vou-ons que les revendications s’ancrent non pas sur les ronds-points, mais dans les entreprises contre la grande bourgeoisie. »

Laurie Bosdecher