Montpellier

Les lycéens mobilisés

Brève
11/05/2021

A Montpellier, depuis la reprise des cours en présentiel, des lycéens se mobilisent, du lycée « Jean Monnet » au lycée « Jules Guesde », notamment en bloquant leur établissement.

Les lycéens dénoncent le maintien des épreuves du bac, pour lesquelles ils n’ont pas été assez préparés en particulier l’épreuve de grand oral, maintenue alors que personne ne semble savoir de quoi il s’agit. Les élèves protestent aussi contre « parcoursup » et un renforcement des inégalités entre lycées privés et publics. Des lycées privés catholiques comme Notre Dame de la Merci ou le lycée Nevers bénéficient de plus de moyens avec des études surveillées, de beaux locaux permettant la distanciation nécessaire face au virus. Alors que les professeurs du privé sont payés par l’état, les élèves du privé bénéficient de meilleures conditions.

Ainsi, à « Jules Guesde », la solution trouvée par le proviseur pour faire baisser les effectifs, c’est l’exclusion dès qu’il surprend un élève au masque baissé : deux jours d’exclusion au minimum et 200 élèves exclus pour cette raison.

Lundi 10 mai, à « Jules Guesde » après deux jours de mobilisation consécutifs, le proviseur a appelé la police pour démanteler un début de blocage. Il a pourchassé un élève pour le prendre en photo et a ensuite montré la photo à ses amis policiers. Mardi, le lendemain, deux camions de police étaient présents devant le lycée en prévision d'une nouvelle mobilisation. La mobilisation se poursuit quand même et se renforce même de jour en jour avec un soutien plus important des professeurs.

Il n’y a pas de raison qu’en plus de voir notre liberté de mouvement réduite par les fermetures et autres confinements, on nous impose des épreuves gadget pour que le ministre Blanquer puisse dire que le bac a bien eu lieu !

Les dernières brèves