Occitanie

Tambouille politique où comment changer d’étiquette en fonction du vent

Brève
18/06/2021

Les deux têtes de liste régionale du RN dans le sud sont issues de la droite dite républicaine. Il y a T. Mariani, tête de liste RN en PACA, au RPR dès sa fondation, ancien ministre de Sarkozy et ayant enchaîné les mandats électoraux. Le second, JP Garraud, est tête de liste RN en Occitanie, ex député UMP de Gironde de 2002 à 2012. Tous deux sont issus de la Droite Populaire (un courant de l’UMP). Ils sont devenus députés européens RN en 2019.

Si on ne compte plus les transfuges entre ces deux partis de notables, les succès électoraux du RN en attirent d’autres.

Ainsi, la tête de section départementale du RN dans l’Hérault est Frédéric Bort. C’est l’ancien directeur de cabinet de Georges Frêche, figure locale du PS à qui il a même consacré une thèse de science politique, ex candidat PS aux législatives de 2017 à Montpellier. Aux municipales de 2020, il change d’écurie et devient conseiller de campagne de Claude Arnaud, le maire LR de Lunel. Il a su jeter l’éponge avant que son poulain ne soit battu. Et sur sa lancée, aujourd’hui M. Bort se retrouve sur la liste RN.

En bon politicien professionnel, il a une longue expérience du pouvoir local. Il était déjà directeur de cabinet du président du conseil général PS des Pyrénées Orientales en 2003, C. Bourquin. Preuve que dans ce pays de viticulteurs, il faut savoir mettre de l’eau dans son vin pour continuer à être à la mangeoire et servir la soupe aux capitalistes.

Toulouse

Les "oubliés du Ségur" dans la rue

Brève
16/06/2021

Mardi 15 juin, plusieurs centaines de travailleurs de la Santé et de l'Action Sociale ont manifesté à Toulouse. Certains venaient du privé, malgré les pressions, comme dans une clinique de la région où le directeur incitait ses salariées à venir travailler avec un brassard noir plutôt que d'aller manifester !

Un an après les promesses du gouvernement avec son "Ségur de la Santé", rien ne change. Côté salaires, nombreux sont celles et ceux qui n'ont rien touché, comme les soignants à domicile, les salariés des Ehpad privés ou du secteur social, et les conditions de travail sont toujours aussi lamentables.

Alors oui, les "premières lignes" ont raison de manifester pour crier leur colère face à des promesses non tenues !

Hôpital de Foix (Ariège)

Grève aux urgences du CHIVA

Brève
28/05/2021

Dupuis le 28 mai, le personnel des Urgences de l'hôpital de Foix est en grève. Les grévistes, soutenus par la CGT demande des infirmières, des aides-soignantes, des administratifs, des brancardiers et des personnels de ménage. Il manque du monde sur tous ces postes, alors que le service a doublé de surface (mais pas les effectifs), et que l’épidémie due au Covid n'a rien arrangé, bien au contraire.

En guise de réponse, la direction a réquisitionné les grévistes. Le vendredi 29 une centaine de personnes s'est rassemblée devant l'hôpital. Quelques postiers du bureau de Dreuilhe en grève sont venus en solidarité. En réalité, c’'est tout l'hôpital qui est en crise… malade de cette société capitaliste.

Montpellier (Hérault)

Ouverture des terrasses: les parents d'élèves se mettent à table

Brève
25/05/2021

Le mercredi 19 mai des parents d'élèves et des professeurs de quatre collèges du Sud de Montpellier (Les Aiguerelles, Gérard Philippe, Croix d'argent, Fontcarrade) ont manifesté contre les baisses de moyens promis à la rentrée. Ils savent que leur situation n'a rien d'exceptionnel et donc raison de plus pour se révolter ! Beaucoup comparent la situation dans l'éducation à l'abandon des hôpitaux.

Au milieu des tables de camping, ils se sont retrouvés une nouvelle fois devant le rectorat de Montpellier. Pour beaucoup de parents peu importe qu’on ne les reçoive pas car ce qui compte c'est d'être de plus en plus nombreux pour se regrouper et échanger. Parents et professeurs n'en peuvent plus d'entendre la même logique d'austérité, qui, cette fois ci aurait pour prétexte d'anticiper une baisse des élèves pour 2025 !

Mais face aux nombreuses difficultés sociales des familles (en témoignent les aides alimentaires versées), face aux difficultés scolaires des élèves pendant la crise sanitaire, et à la montée de l'insécurité dans les établissements et en dehors, il faut au contraire embaucher des surveillants et des professeurs au lieu de leur demander plus d'heures supplémentaires.

Drieulhe, Lavalanet (Ariège)

La Poste : une restructuration qui ne passe pas.

Brève
21/05/2021

La majorité des 34 facteurs du centre de Drieulhe est toujours en grève. Depuis plus de 70 jours ils se battent contre une énième restructuration. Bien que du courrier ne puisse pas être distribué car le volume est trop important, et malgré les heures supplémentaires qui sont habituelles, la direction veut encore aggraver les conditions de travail : les tournées devraient passer de 29 à 24, les 20 minutes de pause payées passeraient à 45 minutes, mais hors du temps de travail, donc non payées, etc.

Avec Sud et la CGT, les grévistes tiennent bon. Mardi 18 mai, journée de grève nationale à la Poste, ils sont allés discuter avec les facteurs de Saint Jean du Falga qui ont subi également la même réorganisation.

Pour faire reculer la direction de La Poste qui s’en prend aux postiers centre après centre, c’est bien au niveau national qu’il faudra répondre.