FOIX (Ariège)

A l’hôpital, rien ne va plus !

Brève
06/04/2022

Au CHIVA, hôpital de Foix, les salariés de différents services se mettent en grève les uns après les autres : les Urgences, SSR1, SSR2, Chirurgie Orthopédique et maintenant les Soins palliatifs et le Court Séjour gériatrique.

Partout c'est la course toute la journée tant le manque de personnel est criant. La crise du Covid a révélé au grand public que le système de santé, en particulier les hôpitaux, était exsangue mais rien n'a été fait. Au contraire, les conditions de travail et d'hospitalisation se sont encore aggravées.

La direction, elle, envisagé un nouveau "capacitaire", c'est à dire nouvelles fermetures de lits et encore moins de personnel. Les hospitaliers ont dit STOP. Un rassemblement est organisé par la CGT le mardi 12 avril à 10h devant l'hôpital.

Toulouse

ATSEM en colère : touche pas à mon poste !

Brève
28/03/2022

Vendredi 25 mars, plusieurs centaines d’ATSEM (Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles), soutenus par des enseignants et des parents, ont manifesté place du Capitole, et 90 % des écoles maternelles de Toulouse étaient fermées.

La mairie voudrait leur imposer une mobilité obligatoire sur toute la ville, et une polyvalence sur des emplois d’AESH et d’animatrices CLAE, des métiers différents avec de nouveaux horaires. En effet, avec la réforme des 1607 h qui rallonge leur temps de travail, la mairie veut récupérer 150 postes.

Devant leur détermination, la mairie a reculé sur la mobilité générale, mais la réorganisation est toujours à l’ordre du jour, alors elles se remettent en grève vendredi prochain à l’occasion du conseil municipal.

Toulouse

Jusqu'où va se nicher le nationalisme ?

Brève
07/03/2022

Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc a sommé le chef de l'orchestre du Capitole Tugan Sokhiev, de nationalité russe, de s'exprimer en public avant ses concerts sur la guerre en Ukraine, comme s'il en était responsable.

Tout en exprimant son désir de paix, celui-ci a préféré démissionner de ses postes à l'orchestre du Capitole et au Bolchoï de Moscou, pour ne pas avoir à choisir entre ses musiciens russes et français. Et il a répondu fort justement que la musique passait avant la nationalité de ses musiciens, craignant que bientôt on ne lui demande de choisir entre Tchaïkovsky et Beethoven.

Les politiciens nationalistes, ça ose tout, c'est à ça qu'on les reconnait !

Cornebarrieu (banlieue toulousaine)

Satys : en grève pour des augmentations de salaire

Brève
14/02/2022

La semaine dernière, les travailleurs de Satys à Cornebarrieu ont fait grève pour des augmentations de salaires.

L’entreprise est spécialisée dans le traitement de surface des pièces aéronautiques. Les conditions de travail y sont très dures et les salaires très bas. Ainsi, après 25 ans d’ancienneté, un sableur ne gagne que 10,54 € de l’heure.

Le patron n’a pas reculé. C’était leur première grève. Ils sont restés minoritaires toute la semaine mais comme ils disaient « On a marqué le coup ! ».

Alès (Gard)

Quatrième semaine de grève des pompiers

Brève
09/02/2022

Depuis le mardi 18 janvier, la totalité des 80 pompiers professionnels du centre de secours principal d’Alès sont en grève pour des embauches pour mettre fin au sous-effectif qui les empêche d'assurer correctement leurs missions.

En 2005, ils devaient répondre à 6000 interventions, aujourd'hui, avec le même effectif, ils en sont à près de 9000. Avec la crise sanitaire, les absences se sont multipliées et ne sont pas remplacées. La situation s'est donc aggravée. Ces travailleurs demandent la création de 30 postes.

Comme ils sont réquisitionnés pour assurer les secours, ils ont déplacé « la caserne » en centre-ville d'Alès afin que leur mouvement et leur colère soient bien visibles. Ils s'installent tous les jours sur le parvis du théâtre avec les véhicules nécessaires aux interventions sur lesquels les pompiers ont peint « en grève ». Ils discutent avec les passants, distribuent des tracts.

Décidés à travailler dans des conditions de travail décentes, ils sont déterminés à ne pas lâcher leur bras de fer.