Marseille

Anatomie d'un relogement.

Brève
04/12/2018

Cité Corot, en vertu d’un arrêté d’insécurité imminente la barre doit être vidée de ses locataires.

Tout les déménagements se font petit à petit sous la surveillance de plusieurs policiers.

Mais si le déménagement est prévu vers une cité voisine, les clefs de l’appartement se trouve assez loin, vers la Rose. Et sur place le nouveau locataire se rend compte qu’il n’y a pas d’électricité et donc retour à la case départ dans son ancien appartement.

Un autre locataire apprend le jour même que le déménagement est différé... Et ainsi de suite ! 

Mais heureusement que pour pallier à toute cette pagaille, il y a la solidarité : les voisins qui aident, préparent les repas, véhiculent les futurs relogés.

PACA

Aveugle, sourd mais bavard.

Brève
04/12/2018

À Marseille la délivrance de billets pour le train inter-cité Marseille-Montpellier de 10h18 avait été arrêté sans aucune explication.

Après un long et difficile interrogatoire il s’avérait que cette annulation était due au fait que le train de 8h18 avait été supprimé. Les passagers se reportant sur celui de 10h18. Et c’est ainsi que les autres passagers qui n’avaient plus de place dans celui de 10h18 ont été refoulés.

Si cela était exceptionnel, cela ne serait pas très grave. Mais cela est permanent et cela concerne de nombreuses lignes dont celles de Toulon.

Là, les passagers sont entassés dans les couloirs du train, s’écrasent sur les marches d’escaliers et les passagers des gares suivantes ne peuvent absolument pas monter dans le train.

Malgré tous ces dysfonctionnements, toutes ces suppressions de trains, un des directeur de la SNCF, flegmatique a osé déclarer :”Concernant la régularité, on constate une amélioration de trois points par rapport à l’an dernier”.

Marseille

Arroser les gros propriétaires.

Brève
04/12/2018

Le ministre du logement, Julien Denormandie, de passage à Marseille a claironné qu’il serait “intransigeant” quant au suivi du drame de la rue d’Aubagne.

Et c’est ainsi que 240 millions d’Euros ont été débloqués.

Est-ce pour aider le millier de déplacés qui, pour certains, errent d’hôtel en hôtel, se nourrissant de sandwich et de pizzas ?

Non, cette argent ira par le biais de l’ANAH aux propriétaires défaillants, y compris les très gros propriétaires afin de financer la rénovation de leurs immeubles.

Mais qu’est-ce qui a été prévue pour le relogement des locataires ? Pour l’instant, pas grand chose !

Marseille

Histoire de leur compliquer encore la vie.

Brève
14/11/2018

Par voie d’affiche les habitants des immeubles effondrés de la rue d’Aubagne ainsi que ceux de plusieurs rues actuellement situées dans le périmètre où le facteur ne peut pas passer sont avisés par la direction de la Poste qu’il n’auront plus de courrier...

Ils devront aller à plusieurs Km, à Arenc, récupérer leurs lettres, plis recommandés, etc.

La Poste, si “proche des usagers” ignorerait-elle qu’il y a, à quelques centaines de mètres plusieurs bureaux de poste capables de garder le courrier des habitants déjà lourdement pénalisés ?

Marseille

Quand un immeuble s’effondre, ce n’est pas la malchance.

Brève
11/11/2018

Ce samedi 10 novembre, prés de huit mille manifestants ont marché jusqu’à la Mairie, pour montrer leur solidarité avec les victimes de l’écroulement des immeubles de la rue d’Aubagne.

Ils ont marqué leur colère contre cet habitat indigne qui a causé la mort de huit habitants.

Tous, experts, habitants avaient déjà signalé fissures, et risques à la Mairie sans aucun résultat.

Il faut que les proches des victimes soient rapidement indemnisés.

Il faut que tous les habitants déplacés soient relogés dignement et immédiatement aux frais de la Mairie ou d’une institution qui se chargera de toutes les démarches.

Il faut des indemnisations pour tout ce qui a été perdu dans ce terrible accident.

C’est la moindre des choses.