Marseille

Au nom de la propriété

Brève
03/08/2012

Devant l'unité d'hébergement d'urgence du Chemin de la Madrague-Ville plus d'une centaine de familles venues de Roumanie et quelques unes de Bosnie campent dans des abris de fortune. Un peu plus bas une dizaine de tentes occupent un renfoncement de la chaussée.

Dehors, sous un soleil de plomb ou sous le vent, c'est la seule possibilité pour les Roms qui vivent du tri des poubelles et de la revente de ce qu'ils y trouvent.

Face aux associations qui demandaient au pouvoir publics un hébergement dans des conditions décentes, l'avocate de la Ville de Marseille a répondu : "Vous m'opposez le droit à l'hébergement, mais je revendique le droit à la propriété." (Cité par La Marseillaise du 31 juillet).

Et c'est au nom du sacro saint droit à la propriété que les plus pauvres , les plus démunis errent de terrains vagues en friches désaffectées à la recherche d'un abri de fortune alors que des milliers de logements sont vides à Marseille.

Les dernières brèves