Marseille

L'exemple de la chasse à l'homme vient d'en haut

Brève
03/10/2012

Dans la cité des Créneaux à Marseille un campement de Roms a été détruit et ses occupants chassés par des habitants du quartier.

Ce camp était installé sur l'assise de deux anciens bâtiments détruits après l'expulsion de la quasi-totalité des habitants. La Logirem, le bailleur n'avait proposé que des logements pires encore que ceux qu'ils quittaient. Une partie des locataires voyaient donc des gens s'installer là d'où eux-mêmes avaient été expulsés, sans relogement acceptable.

Les pouvoirs publics, l'État, la Mairie, les Conseils généraux et régionaux, qu'ils soient à droite ou à gauche, n'ont rien organisé pour accueillir les familles Roms, rien pour mettre à leur intention des lieux disposant de l'eau, de l'électricité, de sanitaires, du ramassage des ordures. Pire, les Roms ne peuvent travailler sans être pénalisé à cause d'une législation contraignante. Par contre, ils sont pourchassés d'un lieu à un autre.

C'est ce choix qu'ont fait les pouvoirs publics, méprisants tant les habitants des cités pauvres que les familles Roms. Et quand ils déplorent ce qui vient de se passer aux Créneaux, leur cynisme est sans bornes : ce sont eux qui ont créé cette situation de toute pièce, eux qui la laissent se dégrader, eux qui en sont entièrement responsables.

Les dernières brèves