GEMENOS

Les travailleurs de Fralib et les tribunaux

Brève
23/04/2012

En novembre 2011, la Cour d'Appel d'Aix-en-Provence avait annulé le plan de la direction de Fralib. Le tribunal avait estimé que les propositions d'Unilever via Fralib, n'étaient "pas sérieuses".

Revenu à la charge, le Groupe Unilever a obtenu, le 20 avril, du juge des référés du Tribunal de Grande Instance de Marseille, qu'il valide le dit " plan de sauvegarde de l'emploi" et qu'il se prononce pour la fermeture du site.

Ce qui a été dit en faveur des travailleurs peut-il être ainsi aussi facilement défait ?

Peut-être, car les tribunaux vont, avec ce jugement, permettre à Unilever de vendre les terrains, fermer le site et jeter à la rue une centaine de salariés qui n'ont que leur salaire pour vivre... Le groupe Unilever (4,6 milliards de profits en 2011) a pourtant largement les moyens de permettre à l'usine Fralib de poursuivre son activité.

Pour protéger leur emploi, les travailleurs ne peuvent pas compter sur les tribunaux. L'interdiction des licenciements est une urgence.

Les dernières brèves