Avignon

Les intermittents animeront le festival cette année

Brève
03/07/2014

Depuis plusieurs semaines, les intermittents du spectacle s'organisent pour faire entendre leur refus de la nouvelle réforme de leur convention chômage. Annulations, blocages, prises de paroles, les actions se multiplient sur les différents festivals, notamment au festival de théâtre d'Avignon.

Le projet gouvernemental attaque les conditions d'indemnisations de ces travailleurs souvent précaires. À côté de mesures injustes comme la taxation des revenus des retraités à 6,5%, se retrouvent de véritables saignées dans le régime chômage. Ainsi, la Coordination des intermittents estime que 70% des intérimaires perdront 300€ d'allocation par mois, dont le paiement pourra en plus être différé dans le temps.

Ces aménagements concernant les intermittents ne sont qu'une petite partie de la loi d'indemnisation des travailleurs précaires, de plus en plus nombreux. Celle-ci va encore durcir les conditions d'indemnisation, alors que seulement 6 chômeurs précaires sur 10 perçoivent une allocation.

Déracinés, déplacés par millions

Brève
03/07/2014

Une chroniqueuse du journal "Le Monde" a écrit que"jamais depuis la seconde guerre mondiale, autant de gens n'ont été jetés sur le routes par des conflits". Et en effet fin 2013 plus de 50 millions de personnes se trouvaient sur les routes à la recherche d'un havre de paix. Et cela continue à augmenter.

Les chiffres et les faits sont terribles : des grappes humaines à l'assaut des barbelés des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla ; en Syrie 9 millions d'habitants ont été déracinés ; au cours des cinq premiers mois de 2014, 40 000 personnes ont été secourus par les garde-côtes italiens ; des millions d'hommes de femmes et d'enfants qui survivent dans d'immenses camps de toile ; pour des millions de personnes la guerre, la misère et la mort sont leur quotidien.

Et pendant ce temps là les chantres de la société capitaliste comme Bill Gates osent nous vanter les mérites de "leur" société.

Marseille

Mobilisation à l'hôpital

Brève
19/06/2014

Ce mois de juin, les salariés de l'AP-HM de Marseille ce sont mobilisés pour protester contre l'organisation des astreintes et pour exiger leur rémunération.

Selon la réglementation, les agents ne devraient pas travailler plus de 12h en continu sur 24h. Mais dans la réalité, ils sont contraints de travailler au delà pour assurer la continuité des soins. Par exemple, il arrive que lors d'une intervention, l'infirmière en poste ne puisse pas partir. Comme l'ont constaté les agents sur leur fiches de paye, bon nombre des ces astreintes n'ont pas été payées. En plus ils n'ont pas la possibilité de les prendre en récupération.

Suite à cette mobilisation, le directeur général s'est engagé à revoir l'organisation des astreintes et réparer le préjudice pour les agents. À suivre...

Marignane

Base des Canadairs : encore des restrictions budgétaires !

Brève
19/06/2014

À la base des Canadairs de Marignane, les pilotes en ont plus qu'assez des coupes budgétaires qui se succèdent depuis des années. Avec une flotte vieillissante - certains appareils datent des années 1950 - et incomplète, les pilotes annoncent le pire si plusieurs feux embrasent le sud de la France.

La base de Marignane gère en effet les feux se déclarant de Menton à Perpignan. De nombreux appareils nécessitent des réparations, par exemple le changement des hélices. Celles-ci auraient du être commandées cet automne et montées cet hiver, mais tout a été reporté pour cause de restrictions budgétaires. C'est alors en plein été qu'aura lieu le remplacement, au moment ou l'on a besoin des appareils. Un pilote explique : "Après plusieurs saisons sans catastrophe, les autorités baissent la garde et rognent sur les moyens, avec parfois des conséquences dramatiques."

Alors quand les pilotes menacent de faire grève comme en 2012, c'est avant tout pour dénoncer le manque de moyens accordés par le gouvernement à une mission aussi importante pour la sécurité de tous.

Corse

L’appât du gain au mépris de la vie des passagers.

Brève
16/06/2014

Le navire "Mega Express 5" de la compagnie "Corsica Ferries"chargé de passagers et de véhicules venait de quitter le port de L'Île Rousse à destination de Toulon le samedi 31 mai lorsqu'il a heurté un haut-fond. Après cette avarie il a continué sa route vers Toulon et il a persisté à naviguer pendant encore 36 heures.

La direction de la compagnie "Corsica Ferries" n'a déclaré cet accident que le lendemain. Il y a eu en fait un enfoncement de la coque de 4 cm sur une longueur de 50 mètres sous la ligne de flottaison et une entrée d'eau dans un double fond qu'elle a qualifié de mineure.

La direction de la Compagnie "Corsica Ferries" a accepté qu'un navire chargé de mille passagers et de 87 membres de l'équipage continue sa route après un accident. Elle a trafiqué les dates de cet accident. Elle n'a rien signalé aux autorités maritimes chargées en particulier des secours en mer.

C'est une attitude criminelle.