Soutien aux travailleurs du Sernam !

Communiqué
23/03/2012

Les 48 employés du site Sernam de Miramas, dans les Bouches-du-Rhône, annon­cent qu'ils retien­nent deux cadres de l'entre­prise depuis mer­credi 21 mars, pour pro­tes­ter contre la fer­me­ture annon­cée du site.

Je tiens à faire part de mon sou­tien à ces sala­riés, à qui il a été annoncé qu'ils ris­quent tous de perdre leur emploi. Le Sernam, actuel­le­ment en redres­se­ment judi­ciaire, a d'éventuels repre­neurs, mais qui affi­chent d'ores et déjà leur inten­tion de licen­cier la moitié des 1 600 tra­vailleurs du groupe. Ce serait 800 licen­cie­ments de plus, et ce serait cri­mi­nel, dans une situa­tion où le chô­mage fait déjà des rava­ges !

Les tra­vailleurs du Sernam ne sont pas res­pon­sa­bles des dif­fi­cultés de leur patron. Pas plus que du fait que l'Europe juge « illé­gale » l'aide de 642 mil­lions d'euros que l'État fran­çais a versée au Sernam au moment de sa pri­va­ti­sa­tion en 2005, et impose aujourd'hui à l'État de récu­pé­rer cet argent. Ce ne sont pas à eux de faire les frais d'une situa­tion dans laquelle ils ne sont pour rien.

L'emploi, et le salaire qui en découle, sont le seul moyen pour les tra­vailleurs de vivre digne­ment. Aucun licen­cie­ment n'est accep­ta­ble. Ni ceux du site de Miramas, ni a for­tiori les 800 autres, sur l'ensem­ble de l'entre­prise. Il faut inter­dire les licen­cie­ments !

Nathalie ARTHAUD