Zone Industrielle Nord d'Arles :  Y a-t-il un pilote dans la voiture ?

Echo d'entreprise
29/08/2021

À livrer, là, au moins il y a le volant.

Sur certains modèles de voiture, on est obligé de les livrer sans écran, sans radio, ni GPS.

Pourtant ces véhicules sont, en principe, super équipés, y compris de caméras à 360°.

Espérons que sur les prochaines voitures, ils n’oublient pas le volant.

Transports marseillais :  Mais où est passé le bus ?

Echo d'entreprise
27/08/2021

Où est passé le chauffeur ? Il n'a pas encore été embauché !

Cet été certains bus ne passent pas et pour les passagers il faut attendre le suivant.

Mais le suivant déjà bondé est encore ralenti parce qu'il doit prendre les nouveaux passagers qui attendent aux arrêts. Et plus il y a du monde aux arrêts, plus la montée des passagers est longue, plus le bus prend du retard.

Problème mécanique, embouteillages ?

Non, pas du tout, c'est le manque de chauffeurs. En effet entre les vacances, les cas contacts, les malades du COVID, les embauches habituelles ne suffisent plus.

Et pourtant ce ne sont pas les candidats à l'embauche qui manquent, au contraire !

Marseille : Conception / Timone (AP-HM) :  Quel pipeau !

Echo d'entreprise
06/08/2021

Qui est le roi des pipeaux ?

La direction nous a répété sur tous les tons qu'elle cherchait à embaucher mais qu'elle ne trouve pas.

Mais alors pourquoi y a-t-il encore des collègues infirmiers, aides-soignants, brancardiers qui souhaiteraient être embauchés et qui sont toujours en CDD ou pire qui voient leurs CDD arrêtés ?

Dans la fanfare des pipeaux, c'est sûr que la direction, elle, est titulaire.

Marseille : Hôpitaux :  À trop tirer sur la corde...

Echo d'entreprise
30/07/2021

Des embauches, et que cela saute.

Dans beaucoup de secteurs, les collègues qui ne sont pas en congés ne tiennent plus et tombent malades.

Il manque des agents partout, des services ferment des lits, ou bien nous sommes contraints de travailler dans des conditions extrêmement pénibles.

Et bien sûr aucune embauche en vue. Et quand il n’y aura plus personne dans les unités, c’est la direction qui viendra faire les soins ?

Marseille : hôpital de la Timone :  Les leçons de morale ne remplacent pas les vaccins

Echo d'entreprise
30/07/2021

Dur dur de trouver un créneau ...

Les délais pour recevoir la première injection du vaccin anti-Covid explosent. Il faut parfois attendre trois semaines ou plus d’un mois pour trouver un créneau, alors que des centres de vaccination ferment leurs portes cet été.

Macron et le gouvernement accusent les soignants et une partie de la population d’être responsables de la flambée du virus.

C’est un bluff intégral puisqu’ils n’ont rien préparé face à la remontée probable des demandes de vaccination.

S’il existe des irresponsables, ce sont eux !

CCP Marseille :  Y’a pas de secret

Echo d'entreprise
30/07/2021

Sorcière  ?

Quand nous sommes au téléphone, il n’y a pas que la réponse faite au client.

Très souvent nous sommes obligés de finaliser le dossier, d’envoyer un document en plus, et de faire des recherches.

Petit à petit ces doléances finissent par faire un gros tas qui s’ajoute au tas que nous avons à traiter. Alors que faire, jouer Samantha, la sorcière et remuer le nez pour que tout disparaisse ?

Eurocopters :  Que du vent !

Echo d'entreprise
29/07/2021

Amener son ventilateur ... à main

La direction a autorisé l’utilisation des ventilateurs dans les hangars.

Sauf... que les ventilateurs, il n’y en a pas ou si peu.

Pour brasser de l’air, elle s’y entend mais ça ne remplace pas les ventilos.

Eurocopters Marignane :  Vive la grève !

Echo d'entreprise
29/07/2021

Pas de peinture, la grève

Nous avons eu raison à Satys d’avoir mené quatre jours de grève.

En plus de ce que nous avons obtenu, nous étions fiers d’avoir montré notre solidarité, de nous être retrouvés pour discuter et d’avoir fait reculer la direction.

Airbus Helicopters :  Quoi qu’il en coûte

Echo d'entreprise
21/06/2021

Des climatiseurs ont été livrés à l’hôtel Pullman à Paris par Super Puma.

Pour le confort de ces messieurs-dames, on ne regarde pas à la dépense.

Assez d'économies sur l'hôpital public

Echo d'entreprise
21/05/2021

Avant l'épidémie, une nouvelle cure d'austérité imposait à l'Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille de supprimer 1040 emplois, près de 10 % des effectifs.

Du coup, pour gérer en urgence les différentes vagues de malades, l'AP-HM a dû recruter des centaines de contractuels.

À cause des salaires trop faibles et des conditions de travail épuisantes, certains sont déjà repartis.

Pour arrêter cette catastrophe, il faut cesser de diminuer le nombre de lits et embaucher en nombre suffisant du personnel, avec des salaires et des conditions de travail corrects.