Hôpitaux de Mayenne

On a besoin de soignants pas d’un médiateur !

Brève
27/10/2021

En Mayenne, comme dans de nombreux départements le secteur de la santé craque de tous les côtés. Dans le Nord du département, le personnel et les usagers se mobilisent régulièrement pour défendre l'hôpital. Les menaces de fermeture de la maternité sont fortes car il n'y a plus de gynécologues en poste fixe. A l'hôpital de Laval, le service des urgences est en grève depuis le début du mois d'octobre. Il manque des médecins, des personnels soignants. Face à cette situation, le premier ministre en visite à Laval a promis : la nomination d'un médiateur... Ce n'est pas d'un médiateur dont la population et le personnel ont besoin. Il faut des soignants, l'ouverture de lits, du matériel...

La Roche sur Yon : Bus de l'agglo en grève

Implosion chez Impulsyon ?

Brève
27/10/2021

Des chauffeurs de la société des bus de l’agglomération de la Roche-sur-Yon, Impulsyon, filiale de la RATP, ont fait grève vendredi 22 octobre pour revendiquer de meilleures conditions de travail. Les salariés rencontrent des problèmes de temps de pause, de temps de conduite, de conditions sanitaires, de journées de repos non accordées… et ont exprimé massivement leur mécontentement, puisque la direction reconnaît 66 % de grévistes !

La CFDT, à l’initiative du mouvement, a souhaité « une grève coup de poing » d’une journée. Mais rien ne dit que cette journée restera sans suite.

 

Aide à domicile de Laval

Il faut embaucher et augmenter les salaires !

Brève
20/10/2021

Dans le service de l'aide à domicile de la ville de Laval, les conditions de travail sont très dures, comme dans tout ce qui touche aux secteurs de l'aide à la personne en général. Les amplitudes horaires sont souvent proches des 12 heures, les salaires sont très bas, nous intervenons auprès de personnes en grande difficulté, et nous sommes souvent seules. Nous utilisons nos véhicules personnels et l'augmentation du carburant rogne encore sur nos salaires.

Chaque semaine, il y a de nouveaux arrêts et de plus en plus de titulaires envisagent de quitter la fonction publique

Dans un message récent envoyé sur nos téléphones professionnels, le maire nous a assuré de sa reconnaissance pour le travail de qualité effectué par les aides à domicile. Il nous affirme chercher les moyens d'augmenter nos salaires. Le temps presse, prenons-le au mot, car ce n'est pas possible de continuer de travailler dans de telles conditions avec de si bas salaires !

Airbus (Nantes)

Les débrayages continuent

Brève
15/10/2021

À l’usine Airbus de Nantes, à l’appel de la CGT, une partie des salariés a débrayé voilà trois semaines pour contester les nouveaux horaires, l’augmentation du temps de travail et exprimer aussi leur ras-le-bol sur les conditions de la reprise. Ce débrayage qui concernait toute l’entreprise, n’a pas eu le succès escompté mais ceux qui ont participé, en production essentiellement, ne l’ont pas regretté.

Lundi 4 octobre, des salariés en équipe d’après-midi ont à nouveau spontanément débrayé à plus de 50 % de 16h à 21h, sur les lignes d’assemblage 320 et nacelles appelés aussi entrées d’air, secteurs où sont fabriqués les caissons de réservoir de carburant et ce qui entoure les réacteurs. Ce sont des secteurs où les conditions de travail sont difficiles avec des cadences soutenues. Ils se sont retrouvés plus de 80 en grève avec le soutien de la CGT dans leur action.

Ces salariés réclament de meilleures conditions de travail, l’annulation de la récupération des heures Covid, dénoncent les pressions et les propos méprisants de leur hiérarchie et demandent une augmentation de salaire qui serait de 100 € pour reconnaissance des efforts fournis pendant la crise Covid.

Ils se sont quittés avec la décision de remettre ça en cas de non réponse de la direction. Mardi 12 ils ont à nouveau débrayé à une centaine, un peu plus de monde car les deux équipes ont participé. Pour mardi 19, la CGT, syndicat majoritaire à la production, appelle à deux heures de débrayage sur toute l’entreprise en disant que les problèmes des salariés dans les secteurs caissons et nacelles sont les mêmes dans toute l’entreprise.

Centre Hospitalier du Nord Mayenne (CHNM)

4 000 manifestants en défense de l'hôpital

Brève
11/10/2021

Samedi 9 octobre, 4 000 manifestants se sont retrouvés à Mayenne, ville de 12 000 habitants située dans le nord du département du même nom, pour protester contre le projet de fermeture du service de chirurgie du CHNM. Face à la mobilisation, l'ARS repousse de trois mois les discussions.

Au mois de juin, face à une première mobilisation de 2 000 personnes, l'ARS avait déjà concédé un report de trois mois. Et il faudra sans aucun doute de nouvelles manifestations pour que le projet soit enterré, comme l'avait été celui de fermeture de la maternité il y a trois ans (2016), grâce à de telles démonstrations de force.

Pas sûr que la population attende trois mois pour redonner de la voix !