5 décembre à Saint-Nazaire

Privé, public, tous ensemble !

Brève
06/12/2019

"Marée humaine" titre Ouest-France pour qualifier la manifestation nazairienne. 10000 personnes dans la rue suivant la presse et la police, c'est la plus grosse manifestation à Saint-Nazaire depuis au moins 10 ans. Le mécontentement contre la politique de Macron a rassemblé des milliers de travailleurs, du privé comme du public, indifférents à la propagande qui voudrait faire de certaines professions des privilégiés.

Maine-et-Loire

Des manifestations réussies, et des grèves qui vont continuer !

Brève
06/12/2019

piquet de grève au Césame

Dans le Maine-et-Loire comme partout dans le pays, les manifestations du jeudi 5 décembre ont été des réussites. Dans la rue, nous étions hier 10 000 à Angers, 1 500 à Cholet et presque un millier à Saumur. De telles foules n’avaient pas été vues depuis les grands défilés de 2010, déjà pour la défense des retraites !

Les cortèges ont mêlé travailleurs du public et du privé, jeunes et retraités, tous unis contre le projet du gouvernement sur les retraites, et plus largement contre toutes les attaques imposées ces dernières années au monde du travail.

Cheminots, enseignants, territoriaux, postiers, hospitaliers... ils sont nombreux les travailleurs qui ont voté la poursuite de la grève dès le 6 décembre, afin de se donner les moyens de convaincre une plus large partie de leurs collègues de se joindre au combat, et de s’adresser aussi à ceux, notamment dans les entreprises privées, qui hésitent encore à s’y mettre.

Le 5 a donné de l’énergie à tous ceux qui ont manifesté. Il s’agit maintenant de tout faire pour que cette journée ne soit que le début d’une véritable contre-offensive !

5 décembre à Nantes

Tous ensemble

Brève
06/12/2019

Plus de 20 000 personnes ont défilé dans les rues de Nantes jeudi 5 décembre. En tête, les pompiers en tenue, suivis des cortèges syndicaux dont les plus nombreux étaient ceux de la CGT et de F.O.

Le secteur hospitalier était largement représenté, le CHU mais aussi le personnel des cliniques privées, le public avec les cheminots, les territoriaux, les finances, le rectorat, la DRAC et les intermittents, les enseignants…

De nombreux travailleurs du privé étaient là avec un cortège fourni pour Airbus, mais également Arcelor Mittal, la BN, Applix, Arlux, LU, Tipiak... ainsi que de nombreuses petites boîtes.

Malgré les manœuvres du gouvernement pour tenter d’opposer les salariés du public à ceux du privé, l’immense majorité de la population soutient la grève contre la réforme des retraites. et des centaines de milliers de personnes l’ont démontré en descendant massivement dans la rue ce jeudi.

Le soutien le plus efficace, c’est d’entrer dans la bataille aux côtés des secteurs les plus mobilisés. Macron et sa bande sont inquiets et fébriles ? C’est le moment de mobiliser l’immense force collective des travailleurs pour faire reculer ce gouvernement et derrière lui, le patronat qui encaisse les milliards.

Académie de Nantes

Quand la justice donne raison à des enseignants

Brève
04/12/2019

Jeudi 21 novembre, le tribunal administratif de Nantes a donné raison , en référé, à 11 enseignants contractuels du CFA-EN 85 (Centre de formation des apprentis - Education nationale) rattachés au lycée Rosa-Parks de la Roche-sur-Yon. Dans le cadre d’une fusion avec les Greta (Groupements d’établissements en charge de la formation continue des adultes) au 1er janvier 2020, le recteur voulait aligner leurs contrats sur ceux des Greta et en cas de refus les menaçait de licenciement.

Pour les enseignants cela signifiait une présence hebdomadaire, face aux apprentis, qui passait de 18 à 23 heures pour le même salaire ! Le tribunal a invalidé la démarche et contraint le rectorat à revoir sa copie. Un second jugement, sur le fond, devrait se tenir d’ici 12 à 18 mois.

Une première victoire pour ces enseignants.

Nantes

Manifestation contre les violences faites aux femmes

Brève
28/11/2019

Lundi soir 23 novembre, environ 2000 personnes, dont de très nombreux jeunes ayant fabriqué leurs pancartes en carton, ont manifesté à Nantes pour dénoncer les violences faites aux femmes et l'inertie des pouvoirs publics.
Une femme continue de mourir tous les deux jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint, parmi les 200 000 victimes annuelles de violences conjugales.
Toute la société, toutes les instances de pouvoirs sont imprégnées de préjugés, dont ceux justifiant une prétendue "domination masculine", qui va jusqu'à la violence et au meurtre.
Alors oui : « femmes exploitées, femmes discriminées, femmes assassinées : c’est cette société qu’il faut changer »