Seita de Carquefou en Loire-Atlantique

Autorisation de licenciement annulée... plus de 3 ans après !

Brève
07/01/2019

sur les tee-shirts imprimés à l'époque par les travailleurs de la SEITA

En 2015, la SEITA de Carquefou avait fermé, jetant 327 salariés sur le pavé. Le ministère du travail (de gauche) avait accepté cette fermeture, reprenant les arguments patronaux comme quoi le site n'était pas viable. Des salariés avaient contesté ces licenciements devant le tribulal administratif. La justice a fini par conclure ce que les travailleurs avaient dénoncé dans leur mobilisation. En effet, le groupe Imperial Tobacco avait réalisé l'année précédente un profit opérationnel de 3,85 milliards d'euros et totalisé 2,3 milliards d’euros de bénéfices en 2015 ; il avait donc largement les moyens de maintenir l'emploi… quitte à faire des économies sur les dividendes distribués aux actionnaires et non sur le dos des travailleurs.

Les gouvernements au service des capitalistes expliquent que dans un état démocratique, les travailleurs ne doivent pas se servir de leur force pour défendre leur droit puisqu'il y a une justice pour trancher les litiges. On voit ce qu'il en est. L'autoristaion de licenciement a mis plus de 3 ans pour être annulée. Il ne reste plus aux travailleurs qu'à entamer un nouveau marathon judiciaire aux prud'hommes pour obtenir d'hypothétiques indemnités car, d'emploi, il ne peut plus en être question puisque l'entreprise est partie sous d'autres cieux exploiter d'autres salariés.

Force est de constater que la justice est plus expéditive pour sanctionner un supposé lanceur de pavé, que pour géner le moins du monde un fabricant avéré de chômage de masse...