Angers (Maine-et-Loire)

Casser des vitrines ou lutter contre le capitalisme ?

Brève
24/09/2018

Samedi 22 septembre, au centre-ville d'Angers, la manifestation contre la montée de l'extrême-droite à laquelle avait appelé le Réseau anti-fasciste angevin (RAAF) a été marquée, sur la fin, par le caillassage des devantures de plusieurs banques, et par l'arrestation d'une demie-douzaine de personnes qui ont finalement été relachées. Les organisateurs de la « semaine anti-fasciste », dont cette manifestation devait être le temps fort, ont désapprouvé ces actions, menées d'après eux par « des éléments extérieurs » agissant « de manière inadmissible et égoïste ».

Contre la montée des idées réactionnaires, contre la résurgence possible du fascisme et du nazisme, il est vital de comprendre que les coups d'éclat des Blacks Blocks ne sont d'aucune aide. Qu'ils soient des milliers comme à Paris le 1er mai dernier, des centaines comme parfois à Nantes ou à Rennes, ou juste quelques dizaines comme ce week-end à Angers, ces activistes sont des parasites sur le dos des mouvements sociaux – et leurs méthodes ne sont d’aucune efficacité contre les « fachos » qu'ils prétendent combattre.