Abribus à Nantes

Combien ça coûte ? Et à quoi ça sert ?

Brève
07/01/2018

L'emplacement d'un de ces nombreux abribus détruit pour en mettre de nouveaux et qui ne sont pas remplacés depuis plus de 3 mois !

Lorsque qu’au cours d’une manifestation un abribus subit la colère de quelques excités, la presse est le lendemain remplie des photos stigmatisant la bêtise des manifestants, mettant en relief le coût pour la collectivité et la gêne pour les usagers. Admettons...

Mais lorsque c’est la municipalité qui se charge de faire détruire complètement, non pas un, mais des dizaines d’abribus qui remplissaient jusque là très bien leur office, plus rien ! Il est vrai que ce n’est pas un coup de colère qui a poussé Johanna Roland, la maire PS de Nantes, à saccager ainsi ce mobilier urbain. C'est un contrat avec une entreprise publicitaire. Quant à savoir pourquoi plusieurs mois après, ces abribus ne sont toujours pas remplacés, le mystère reste entier.

Mais force est de constater que les usagers, ou les finances publiques, ne semblent pas dans ce cas bénéficier de la même sollicitude de la part des âmes bien pensantes si promptes à se scandaliser des moindres dégâts occasionnés par les manifestations. Serait-ce parce que des intérêts financiers justifieraient un tel gâchis ? Et que lorsque quelques uns s’en mettent plein les poches, ce n’est plus de la bêtise, mais le fonctionnement normal du capitalisme pour lequel le service public sert de vache à lait et devant lequel on devrait s’incliner ?