Hôpital privé du Confluent à Nantes

En grève pour les salaires et les effectifs

Brève
01/04/2019

En manifestation...

Lundi matin, 1er avril, le personnel de l’Hôpital privé du Confluent, à Nantes, a commencé une grève dont le principe avait été voté jeudi dernier lors d’une AG rassemblant environ 300 salariés. Lundi en début d’après-midi, plus de 620 salariés (sur un total de 1150) avaient signé le registre des grévistes. Plusieurs centaines se sont installés sur le parvis pour discuter, ou pour préparer banderoles et pancartes. Dans la matinée, des tours effectués en cortège autour d’un grand rond-point très fréquenté, à côté de la clinique, ont donné l’occasion de recueillir les klaxons, poings levés et paroles de soutien de la part d’automobilistes ou d’ouvriers d’un chantier voisin. Les urgences ont dû fermer, malgré la réquisition d’une partie du personnel ordonnée par le préfet.

Les travailleurs grévistes s’inquiètent du sort qui sera le leur une fois que la clinique aura été vendue, alors que les tractations sont encore en cours, sans qu’ils ne puissent rien en savoir, bien qu’ils soient les premiers concernés. Ils réclament des garanties, en particulier sur les effectifs, ainsi qu’une prime exceptionnelle sur le produit de la vente. Comme au Centre hospitalier privé de Rennes (propriété du groupe Vivalto Santé, l’un des candidats au rachat de l’Hôpital privé du Confluent), en grève depuis le lundi 25 mars, ils demandent aussi, et d’abord, une augmentation des salaires (bloqués depuis 5 ans) et des effectifs supplémentaires.