Sarthe

Gilets jaunes, répression de l'Etat et rapacité des sociétés d'assurance

Brève
04/02/2019

Dans la Sarthe, un jeune apprenti chaudronnier de 21 ans a eu la main arrachée lors de l’acte 2 des « gilets jaunes », le 24 novembre dernier, en voulant éviter une grenade assourdissante. Il était monté à Paris avec ses parents pour manifester contre la hausse des prix de l’essence et pour le pouvoir d’achat.

Ce jeune a subi depuis une greffe de peau et une douzaine d’opérations et il restera mutilé. Non seulement, il a perdu son emploi et le salaire qui va avec, mais il ne pourra plus travailler en chaudronnerie, domaine qu’il affectionnait particulièrement.

Et une mauvaise surprise supplémentaire est venue de sa complémentaire Harmonie mutuelle, qui refuse de lui rembourser les frais médicaux… car les blessures se sont produites pendant des émeutes et un mouvement social.

Cela signifie donc la ruine de toute la famille. D’autant plus que d’autres opérations sont nécessaires.

Devant ce scandale, la mutuelle pourrait revenir en arrière et couvrir les frais médicaux mais rien n’est fait aujourd’hui et seuls 13,70 € ont été remboursés fin janvier.

Le gouvernement utilise dans sa répression des armes mutilantes pour tenter de mater la contestation sociale, et les assurances refusent d’indemniser les blessés.

Révoltant !