Lactalis-Nestlé ultrafrais (Vallet)

Pour le respect et la réintégration de Thibault

Brève
18/05/2022

Plusieurs dizaines de salariés de l’usine de desserts laitiers Lactalis-Nestlé de Vallet, en Loire-Atlantique, débrayent tous les mardis et jeudis entre 11h et 15h depuis sept semaines pour demander la réintégration d’un ouvrier, licencié sous un faux prétexte (le nettoyage d’une nouvelle machine pour lequel on ne lui a pas laissé le temps nécessaire alors qu’auparavant ils étaient deux opérateurs), mais en réalité parce qu’il fait partie de ceux qui ne se laissent pas faire.

La création par les salariés d’un nouveau syndicat combattif n’est en effet pas du goût de la direction mais les grévistes sont déterminés.

Ils tiennent également à dénoncer les mauvaises conditions de travail, avec les problèmes sur les machines et la charge de travail, la gestion de planning des intérimaires et des apprentis, l’attitude de la hiérarchie et le niveau des salaires.

Ils ont reçu le soutien de salariés d’autres entreprises du sud Loire et ne sont pas prêts à lâcher le morceau.

Les dernières brèves