CHU de Nantes

Quand l’hôpital engraisse Happytal

Brève
25/10/2019

A la maternité du CHU de Nantes, le manque de personnel ne permet pas de servir les petits déjeuners dans les chambres ; les mamans qui n’ont personne de leur entourage pour aller le leur chercher à 8h15 doivent s’en passer.

Par contre, la société Happytal propose des services facturés « pour un déjeuner en amoureux ». Ce contrat entre une société privée et l’hôpital public s’inscrit dans la continuité de la privatisation d’activités à l’hôpital ces dernières années dont les pouvoirs publics se sont faits les promoteurs. Pendant que le personnel soignant s’épuise que les patients n’ont que 15 degrés faute de remise en route du chauffage, l’hôpital permet à Happytal de faire des profits.

Les dernières brèves