Scania à Angers

" Salaires minables = retraites pitoyables "

Brève
18/12/2019

Du mardi 10 décembre au jeudi 12 décembre, plus de 200 salariés de l’usine Scania – sur un effectif total de 750 – ont fait grève pour arracher à leur direction des concessions sur les salaires. Dans le cadre des négociations annuelles obligatoires (NAO), le patron ne voulait en effet pas lâcher plus de 1,9 % d’augmentation. Et pas question pour lui de reconduire la prime « gilets jaunes » versée fin 2018. Il avait juste offert à tous... une brioche !

La grève, bien suivie et d’une durée sans précédent chez Scania, a obligé la direction à reculer, à accorder 750 euros de prime de fin d’année d’une part, 2,2 % d’augmentation d’autre part. Si ce recul n’a pas permis d’atteindre l’augmentation de 50 euros bruts visée au départ, ce qui a été gagné l’a été par la lutte.

Marre de nous sacrifier pour des salaires de misère ! Voilà le message qu’ont fait passer les travailleurs de Scania. Un message que les ouvriers des zones industrielles avoisinantes, par exemple chez Valeo ou CBI, pourraient tout à fait reprendre à leur compte... et un message qui a toute sa place dans le combat en cours pour des retraites dignes de ce nom !

Les dernières brèves