CKB - TE Connectivity Allonnes (Sarthe)

Taillable et corvéable à merci ?

Brève
05/04/2020

Lors de la grève de 2019 contre les licenciements

Après 15 jours de quarantaine, la direction de TE Connectivity, a décidé de faire reprendre le travail en pleine pandémie, le 2 avril dernier avec les risques sanitaires que cela peut engendrer aux 200 salariés de l’usine d’Allonnes.

C’est d’autant plus révoltant qu’il y a un an, la direction internationale de cette multinationale des connecteurs avait décidé de la fermeture du site avec 136 licenciements à la clef pour transférer l’activité en Pologne et aux Etats-Unis. Les travailleurs avaient fait grève à l’époque pour s’opposer à ces suppressions d’emploi.

Mais depuis, les commandes ont continué d’affluer et la direction, faute de bras, a baissé le nombre de licenciés à 87 et en même temps, certains licenciés sont revenus en intérim, en CDD voire quelques-uns ont été réembauchés. La production est à fond et l’effectif n’avait pas été aussi nombreux depuis des années.

Mais cela n’empêche pas que le plan social court toujours et les derniers travailleurs concernés seront licenciés en juin.

La reprise a donc eu lieu le 2 avril avec quelques mesures sanitaires bien légères comme laisser les portes ouvertes pour éviter les contacts avec les poignées ou le port du masque si on travaille à moins de deux mètres d’un autre collègue. Les connecteurs pour l’industrie ferroviaire ou pétrolière n’ont pourtant rien de vital pour la société en ce moment !

Et la moindre des choses serait l’arrêt de la production jusqu’à la fin de l’épidémie, mais cela ne rentre pas dans la logique patronale, le profit avant tout !

Les dernières brèves