Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire

Tour de passe-passe patronal

Brève
27/11/2018

En 2009, déjà, des travailleurs bulgares de Litana faisaient grève pour obtenir le paiement de leur salaire (photo PO)

Mercredi 14 novembre, en milieu de matinée, 250 travailleurs détachés de la société lituanienne Litana ont brusquement disparu du site du chantier naval, laissant là leur travail en cours et rangeant vite-fait leur outillage. Pour quelle raison ? Mystère ! La direction des Chantiers de l'Atlantique comme celle de Litana "ne communiquent pas" ! La presse locale suppose que la disparition de cette importante entreprise sous-traitante de tôlerie et de tuyauterie serait liée à une investigation conduite par l’Office central de lutte contre le travail illégal (OCLTI), un service de la Gendarmerie Nationale qui a notamment pour mission de lutter contre les fraudes aux cotisations et prestations sociales, et plus généralement contre le travail illégal. Deux jours après les travailleurs sont réapparus (pas forcément les mêmes) avec la consigne de se taire sous la menace habituelle de perdre leur emploi et d'être renvoyés dans leur pays.

Silence ! L'exploitation continue.