Doux à Chantonnay

Un an après la fermeture...

Brève
30/03/2019

Il y a un an, l’abattoir Doux de Chantonnay fermait définitivement, condamnant 169 personnes au licenciement. Un an après, seuls 77 salariés ont retrouvé un CDI (un peu plus de 45%), 39 sont en CDD ou en intérim et 40 sont en reconversion.

Triste mais prévisible bilan, loin de la déclaration de la députée LREM de Vendée Martine Laguille-Balloy : « Nous regrettons toujours la fermeture de l’abattoir, mais ce dossier a été très bien traité car tout le monde s’est mis autour de table... ».

Les groupes LDC, Al-Munajem et Terrena (repreneur de Doux) continuent a engranger des profits. Une nouvelle fois, se sont les salariés qui paient la facture de la concurrence entre les capitalistes.